Je ne sais pas trop ce que j’ai fait avec les deux précédents posts, en fait j’ai du reprendre le même texte après l’avoir posté, en oubliant l’avoir fait, donc il n’y a que la fin qui change… Bon, il n’y a pas mort d’homme.

Aujourd’hui, rien à faire à part passer à la banque.

J’ai récupéré Kodi, qui est un lecteur média donnant accès (entre autre chose) à tous les streaming des boites en proposant d’innombrables liens, mais aussi à la TV, radio et j’en passe. Pour l’installer, taper tuto kodi dans youtube, suivez les explications, c’est relativement simple. On a aussi accès gratuitement à des contenus payant, genre netflix. C’est libre d’accès et impressionnant dans la diversité des accès et de ce qu’on peut trouver. Ca m’occupe.

Ce matin, prise de sang, l’infirmière m’a raté à deux reprise, elle doit repasser pour le troisième round, du coup je n’ai pas de déjeuner. J’ai l’habitude, je n’ai plus de veines. J’en ai sur les mains, mais elles sont difficiles à avoir.

J’ai mon après-midi, je ne sais trop quoi faire. Le soleil cogne dur, je n’aime pas quand il fait trop chaud, et les sunlight ne sont pas mes amies, à cause du risque de mélanome. C’est de famille.

J’ai mon après-midi mais je ne sais pas trop quoi en faire. Je vais aller me balader en ville je pense.

+tard : j’ai fait une balade de deux heures jusque dans Pontoise, j’ai si bien pris le soleil que j’ai maintenant un bon mal de crâne.

Je m’emmerde et dés que je n’ai plus mon attention fixée sur une activité, j’ai envie de me défoncer. L’ennui est toujours mon ennemi. Je bidouille sur l’ordi, quand j’essaie d’écrire je n’ai aucune inspiration, impression d’écrire des conneries. Je crains que ce ne soit plus qu’une impression. Bref.

Dimanche je suis rentré chez moi, je me suis tapé 5H30 de transport en commun pour pouvoir passer 2h avec ma chatte et récupérer le courrier. Crapule m’a fait la fête et j’étais vraiment heureux de la revoir, ça m’a fait du bien. 

 

En revenant j’ai passé 2h dehors avec ma cop’s. La pauvre, je l’ai vraiment délaissée, passant l’essentiel de mon temps scotché sur l’ordi dans ma chambre. Elle a du mal a comprendre, et je me mets à sa place. Heureusement pour moi, elle est patiente et vraiment gentille.Elle est là pour une alcoolo-dépendance et elle semble portée sur les benzo à l’occasion, rien de bien méchant. Je ne minimise pas la chose, je suis bien placé pour comprendre.

Il ne se passe pas grand-chose dans une clinique, d’autant après 3 semaines, on est dans le routinier et l’habituel. En rentrant chez moi, je suis tombé (mal) sur une connaissance qui m’a proposé metha et benzo, il a bien trouvé son moment pour m’accoster. J’ai refusé poliment, mais ça m’a

travaillé au corps… J’espère que je ne le reverrais pas après ma sortie. On peut toujours rêver.