J’ai fureté sur les réseaux sociaux pour voir si je trouvais des infos sur des membres de ma famille, à part une foultitude d’homonymes c’est un peu le désert…

Pas grave , ils me manquent moins que mon chat, par la force de l’habitude et d’un mécanisme multidécennal, ça me surprendrait de les voir débarquer dans ma vie. Ils me gonfleraient plus qu’autre chose je pense, qu’ils restent dans leur petit confort mental ad nauseam.

Ce matin, je suis allé au marché avec ma cop’s de l’étage, ça avance doucement entre nous, elle est moins réservée que moi, ça fait tellement longtemps que je suis seul que j’ai beaucoup de mal à me décoincer, elle est plus volontaire et sociable que moi. Un petit bisou sur les lèvres histoire de clarifier les choses, elle est pour, quand à aller plus loin, et je retiens mes gestes de tendresse, comportement trop inhabituel et ne montrant pas suffisamment que je suis partant avec elle, moi aussi.

Je vais la perdre si je continue comme ça. Il faut que je me lance. Je suis partagé en deux, ayant l’envie de mieux la connaître d’une part, et d’autre part de retrouver ma bienheureuse solitude et la larguer avant que les choses n’avancent davantage. C’est peut-être dur, mais c’est ainsi.

Elle n’a pas froid aux yeux en tout cas. Elle fait plus que le nécessaire pour m’allumer, et vu que depuis que je suis ici, j’ai la libido en révolution, ça ne peut que fonctionner. Ca me réveille la nuit, ce n’est pas forcément très agréable, contrairement à ce que l’on pourrait supposer. C’est vraiment une tension (sans faire de jeu de mot) sexuelle, agrémentée de rêves érotique qui troublent mon sommeil. Au moins, je sais que la tuyauterie marche correctement, c’est déjà ça.

Je suis resté trop longtemps tout seul, je crois.

Je m’étais fais la promesse de ne pas m’engager amoureusement tant qu’il y aurait des produits, mais ça risque de durer encore longtemps, si je reste avec un bas seuil de métha gérée (pas de défonce, prise posologique du traitement de substitution, comportement « normal » donc). Aussi normal que possible.

Si je sors le 12, on sera liés par téléphone… Elle habite dans le val d’Oise, ce qui ne la rapproche pas de chez moi. Mais l’amour renverse toutes les barrières parait-il. Seul hic, je ne suis pas amoureux.

J’ai demandé à Nath si elle accepterait de m’héberger si le jugement du 20/09 était en ma défaveur (expulsion pour trouble du voisinage). Elle n’a dit ni oui ni non, je ne la sens pas trop sur ce coup là, je crains que ça donne un coup de Trafalgar, arriver à mon âge pour se retrouver à la rue, pas top… Beaucoup de désertion dans la famille et les amis, on voit sur qui on peut compter, personne pour moi, sauf erreur de ma part.

Je ne peux qu’espérer un dénouement favorable. Un maigre espoir, c’est tout ce qui me reste. En attendant le déluge, je fais comme si de rien n’était, et continue d’essayer d’avancer. La suite, après le 20/09, dépendra du bon vouloir d’un juge. Quand à la famille et aux amis, j’ai vu l’étendue de leur attachement et sait ne pas pouvoir compter sur eux. C’est désolant mais c’est ainsi. Je ne peux pas dire que ce soit une surprise, une constatation plutôt.

Je viens de voir mon médecin addictologue, qui m’a encouragé à rester stable en conservant un bas seuil de metha (pour reprendre le jargon des addictologues), entre 5mg et + ou - 40mg (environ). Je vais sortir de la clinique à 25mg, je verrais la suite avec le CSAPA. J’ai pas mal de démarches administratives à faire, pour le fric et ma situation. J’ai eu un recommandé que je n’ai pas pu retirer étant hospitalisé et venant de mon boulot, je crains un coup de vice de leur part, vu l’attitude du commandant, qui cherche à me nuire par tous les moyens.

Je sors jeudi 12/09 , je commence à être pressé d’y être…

Nath sort le 11, mais dans l’immédiat je ne recherche pas sa compagnie. Le téléphone me suffit pour l’instant, et il n’y a aucune contingence pour que ça change avant un moment, les choses suivront leur cours par elles-même. J’ai seulement envie d’être peinard chez moi, et retrouver mon félin préféré. Dimanche j’aurais toute ma journée (autorisation de sortie, ce qui me fait bien rigoler et ne m’empêche pas d’aller et venir sans la moindre autorisation, mais chut…) et si je parviens à retirer de l’argent demain je repasserais chez moi. Ca me changera les idées.

Ca fait un mois que je suis au régime sec niveau benzo et mésusage de metha, c’est tangent parfois, mais j’ai pu négocier tous les virages. Je ne sais pas ce que ça donnera une fois sorti, qui vivra verra. Je ne me projette pas beaucoup dans l’avenir de ce point de vue. Comme pour l’alcool, je fonctionne à raison de 24H/jours. C’est une méthode comme une autre.

Aujourd’hui, j’ai fait une séance d’hypnose, pour ça aussi je verrais ce que ça donne, mais je suis optimiste et espère en tirer un bénéfice. Ce n’était qu’une transe légère, dont j’aurais pu sortir à n’importe quel moment, mais j’ai joué le jeu. Rien à voir avec les Mesmer and co.

Je renouvellerais l’expérience mardi, et je l’ai enregistré sur mon smartphone, je pourrais le refaire chez moi. C’est fait par une psy, charmante ce qui ne gâte rien, et maîtrisant son sujet.