J'ai envie de consommer et de quoi le faire, il faut que je trouve une stratégie pour éviter de plonger. Hier aussi, et ma stratégie a été simple : j'ai dormi. Le sommeil est un bon refuge. Mais je ne peux pas dormir tout le temps... Il faut que je trouve autre chose. J'ai un Barjavel (la nuit des temps) que j'ai lu dans mes jeunes années, et que j'ai à peu près oublié, à part dans les grandes lignes. Je peux toujours essayer de le lire. Je n'ai pas grand chose chez moi que je n'ai pas lu deux ou trois fois sinon plus.

Quel cauchemar l'hôpital de jour, je me souviens y être allé pour voir une amie, les patients étaient tous assis en rond devant la télé, le regard vide et morne, il y avait là une atmosphère de condamné, de fatalité. J'avoue sans honte que ça m'a impressionné.

Ce sont les chattes qui m'ont réveillé ce matin, en me sautant dessus. Elles avaient faim. Je n'ai toujours pas réussi à me réveiller, je suis dans le pâté. Je n'aime pas cette sensation.

Je dois attendre d'avoir l'esprit plus clair. Je n'aurais peut-être pas du dormir autant.

Ce sera éventuellement pour demain.

J'ignore pourquoi, j'ai repensé à Valentina. Je me demande ce qu'elle est devenue. Si elle est repartie en Ukraine ou si elle est devenue complètement folle. Ou les deux. A dire vrai, ça m'est passablement égal aujourd'hui.

En fin de compte, à rebours, pour en revenir à une stratégie pour éviter de penser à la défonce, je me suis remis à dormir, ça a tué deux heures, je vais me boire un café et voir si je suis plus réveillé que ce matin. Et manger, je n'ai rien mangé depuis hier midi et il est 17:00. Je vais devenir un zombi si je continue comme ça.

C'est peut-être déjà fait, ça expliquerait bien des choses.

Je suis le nouveau zombiklodd. Grand bouffeur de cerveaux. A perdu le sien. Faites le numéro ci-joint pour vous faire arnaquer sinon faites comme vous pourrez de votre coté. Sachez que de mon propre chef et tout à fait gratuitement j'ai prié pour vous. Si vous voulez participer vous le pouvez sinon je continuerais jusqu'à ce qu'il y ai un résultat, quel qu'il soit. Ne sous-estimez pas la force de la prière.

Les mécréants finissent toujours par se prendre une bonne grosse prière dans la gueule, ça leur remet les idées en place, ils réclament souvent un prêtre, au cas où.

J'ai connu un homme qui portait une croix, une vierge noire et une étoile juive. Quand je le perdis de vue, il se faisait enseigner le taoïsme et le bouddhisme, me semble-t-il. Vu que l'âme est éternelle, sa prudence est louable et compréhensible. Surtout si l'après-vie est soit le paradis soit l'enfer. Ou une approximation.

A sa place, je chercherais également un médium potable. Pour avoir des infos de premières mains, fiables et ()pourvues d'intérêts.

Prière, Pierre, je confonds parfois.

St pierre, St Pierre, la porte (du paradis), vous voyez ? Non, moi non plus.

Pierre, j'ai commencé à apprendre comme ça, il y a un début à tout et si le début est là, ça craint franchement. Ici commencent les Trump pètent de la mort.

Bon, j'ai bien le droit de délirer un peu. Y a pas mort d'homme.

Le problème, c'est que je n'ai plus de TV, plus de wifi sur ma freebox ou mon mobile, tout ce que je peux faire, c'est écrire, regarder les mêmes films que j'ai déjà vu, écouter de la musique. C'est très limité, et je m'ennuie. Et quand je m'ennuie... Enfin, passons, je ne vais pas me remettre à radoter

C'est la crise pour tout le monde.

Ce qui m'angoissait c'est que mon salaire ne tombe pas du tout pour une raison quelconque, ce qui me mettrait vraiment dans la bouse (à pieds joints). Et après appel à mon administration, j'apprends qu'ils ont bloqué mon salaire, jusqu'à nouvel ordre. La cause : j'ai trop tardé à envoyer mon arrêt maladie. Les deux pieds dans la merde.

Ca me rappelle un mien cousin qui aimait (il y a longtemps il y a prescription) mettre des pétards dans des bouses de vache, pour les voir exploser en éclaboussant tout à la ronde. Il aimait aussi tirer dans le cul des vaches avec un fusil à plomb. Ce n'est plus du lait qu'elles faisaient, mais directement du beurre. Il était un peu fondu (le cousin, pas le beurre).

Tout à l'heure, chez le médecin, la salle d'attente était comble, j'ai attendu environ une heure, la personne avant moi sort du cabinet du toubib, c'était mon tour, et là un mec essaie de me griller ma place. Je lui dis (calmement et poliment) que c'est mon tour, le ton commence à monter, le toubib dit (pour résumer) « bon, allez vider votre querelle dehors, je prends la personne suivante », je laisse la place au type quand le médecin pointe son nez, et en sortant, je vois que le mec m'attendait avec un autre gars, aussi sec il se met à m'insulter, je ne sais pas ce qu'il espérait à part que ça dégénère. Je laisse tomber et continue mon chemin.

C'est le principe de la file d'attente : il y a des personnes qui essaient de griller votre place, si on ne dit rien on est con (trop bon, trop...), on se laisse marcher sur les pieds, si on dit quelque chose on se fait insulter voire pire. Pas de solution. Ca dépend des gens, le problème c'est que le vernis de civilisation est très mince, et qu'il en faut peu pour qu'il s'évapore, alors ressurgissent l'agressivité et la connerie qui va avec.

Les cons me fatiguent.

On est toujours le con d'un autre, quand on a pris conscience de ça on a fait un grand pas dans la direction de l'extension de la lucidité.

Mais il y a du boulot...

J'ai tendu le bâton pour me faire battre. C'est pas pour autant que j'aime ça. Je manque d'informations pour la suite des événements, je ne sais pas quand et comment j'aurais de nouveau de l'argent. La situation aujourd'hui est simple : je n'ai plus que 15ct d'euros, plus rien à boire ou à manger, tous mes virements et prélèvements vont être rejetés, ce qui n'arrangera pas ma situation. J'ai encore mon appart, seule chose qui me différencie d'un SDF. Mais je ne l'aurais pas longtemps si la situation continue ou empire.

J'en parlerais demain à l'AS du CSAPA puis à celle de l'administration. Mon père doit me rappeler incessamment pour qu'on puisse faire des courses demain, parce que là je n'ai plus rien. Reprendre la lutte pour continuer d'avoir le droit d'exister. Lutte qui me fatigue. C'est peut-être l'hépatite C qui me mine. Ou l'expérience, ou le poids du jugement des autres. Ou du sien propre. Je ne vous raconte pas le niveau de mon estime de soi, triple Z négatif. Omega.

Mon père est passé me voir pour faire des courses, histoire de regarnir mon frigo (il ne me donne jamais de liquide car il croit qu'aussitôt je le dépense en défonce, ce qui a été vrai par le passé mais ne l'est plus depuis longtemps). Il m'a payé aussi ma connexion internet, donc pour l'instant je peux bloguer. Merci papa.

Je vous souhaite bon courage

Le K