Quand j’aurais un clavier potable (oui, mais quand justement?), j’essaierais de me lancer dans un roman. Ça me travaille depuis un moment, j’ai des idées, mais tout ça n’est pas nouveau. C’est du « yakafokon ».

Outre cette tentation, j’ai fait une liste de ce qui me tente sur le net, j’arrive à 900€ de matos, et encore, en me limitant ! Au final, la montagne risque d‘accoucher d‘une souris. Je rêvasse en fantasmant (platoniquement) sur les diverses machines et autres gadgets électroniques qu’on trouve sur les centrales d‘achat. Bof, tout ça ne porte pas vraiment à conséquence. Personne n’en souffre, sauf moi peut-être, de frustration…

Il y a de fortes chances pour qu’en fin de compte la curatelle me court-circuite. Ca fait 9 mois que le juge m’a placé en curatelle et il ne se passe toujours rien. Il y a de quoi hurler de frustration. Encore de la frustration ? Je devrais peut-être me méfier… Il n’y a qu’un pas de la frustration à la somatisation. Parait-il. Entre l’arrêt de l’alcool et le passage de la cigarette à l’E-cig, j’ai du gagner quelques points dans la chasse au crabe. Autant que les fabricants (de cigarettes et d‘alcool) n’auront pas. Quoiqu’il y ai des malheureux n’ayant jamais bu ni fumé qui y ont droit, le monde est vraiment trop injuste dirait Calimero.

Je crains la réaction de la curatelle car je dois toucher un rappel conséquent de ma mutuelle (pour combler mes demi-salaires pendant 6 mois). Ce qui ferait dans les 3000-4000€, de quoi rendre réels quelques rêveries. Mais si la curatelle intervient, j’aurais 0 €. Y a pas photo, je resterais discret sur le sujet.

Dans mes songes acheteurs, ma fièvre acheteuse, je me vois bien donnant 2000 € à la curatelle et me faire du bien avec le reste. Pas d’interprétation oiseuse… Ce serait équitable (de mon point de vue de rêveur). Je leur donnerais 2000 € car ils doivent payer des douloureuses pour moi.

Si les dieux sont de mon coté, ça le fera sans esclandre. dans le cas contraire, je serais le premier sur place pour en prendre plein la tête. Le prix des rêves… Je dois avouer que jusqu’à présent les dieux m’ont fidèlement aidé.

Ce sera pour leur 9 mois d‘inactivité (me prendre ma CB n’est pas considérée comme une activité), qui vaut ma réaction, ou justification, comme vous voudrez...

Et puis mierda, c’est mon argent, la maison tutellaire a brillé par son absence. Je n’ai toujours pas de mandataire. Je gagne 700 € qui partent presque entièrement dans le loyer. C’est la misère. Passons.

En plus, Pp se pointe hier, prend la moitié du café lyophilisé qui me restait et des pâtes, ça m’a tellement surpris (négativement) que je n’ai rien su dire sur le moment. Cet enfoiré fait ses courses chez moi, même en sachant à quel point je galère pour la bouffe. Il ne le fera pas deux fois. Je suis parfois lent à la détente, mais une fois lancé on ne m’arrête plus. Plus facile à dire qu’à faire…

Je pense que je vais lui poser un ultimatum, 3 jours pour déménager ses affaires, et après je les mets sur le palier. Et je serais encore trop gentil. Là, il commence à lorgner sur ma cave, il va (encore) falloir que je lui mette les points sur les « i ». Ca rentre par une oreille pour sortir par l’autre aussitôt. On dirait ma curatelle.

J’ai parlé de ce projet d’ultimatum de 3 jour à mon infirmière, elle me conseille plutôt de mettre toutes ses affaires dans l’entrée pour le mettre au pied du mur. Mouais, sais pas, sais plus. Je crois qu’au final, c’est repousser pour mieux sauter, dans les deux cas. Féchier.

Il est bientôt 4h00 du mat, Pp m’a réveillé en rentrant vers 1h00, je n’ai pas pu me rendormir.

Je surfe depuis son retour. J’ai essayé de lui parler, des médicaments qui ont disparu, de la nécessité qu’il trouve un endroit pour ses affaires, qu’il bouge d‘ici. Comme je le disais plus haut, ça entre pas une oreille et ça sort par l’autre. Il est dans le déni complet, son discours (est-ce qu’il essaie de m’endormir avec ces conneries?) est que tout va bien, tout va s’arranger, c’est les bisounours et les teletubbies. N’importe quoi. Je crois que je vais le mettre au pied du mur et mettre ses affaires sur le pallier. Les personnes dans le déni me font vraiment chier. Même si c’est involontaire, c’est se mentir à soi-même. Et donc aux autres. Aucune autocritique.

Je viens d’avoir une altercation avec un voisin, qui n’arrête pas de dire qu’il est gentil, pour proférer les menaces 5 secondes plus tard. C’est du grand nawak.

Ce matin pp m’a niqué un verre (explosé dans un mouvement d’humeur) et menacé de détruire le pc et la TV.

Un verre parce que ce que ce que je lui disais ne lui plaisait pas, toujours pareil, qu’il bouge de chez moi, ce qu’il n’entend pas (sauf ce matin).

Vu la direction que ca prend vers la violence, je pense aller au commissariat porter plainte pour harcèlement, mais ca ne règle pas la question des fringues. Je crois que son bordel finira sur le pallier. Encore de la violence en perspective…

j’écris au claver virtuel, et c’est très chiant.