Ca fait bientôt deux semaines que je suis sorti de la clinique, ça se passe plutôt (très) bien, mis à part quelques cravings au tout début, mais ça s’est arrangé rapidement. Je ne vais plus au CSAPA que deux fois par semaine, avant c’était tous les jours, c’est moins de pression pour moi, et c’est tant mieux.

J’ai aussi eu quelques soucis avec JF et Pp, j’ai (encore) fermé ma porte, là aussi les choses se sont tassées d’elles-même, je ne rentre pas dans les détails. Quand à ma copine de la clinique, j’envisage surtout de mettre le holà à notre relation. On n’a pas développé suffisamment de complicité et d’intimité pour que notre relation tienne la route, selon moi. A chaque fois que j’y pense, c’est pour la quitter sans trop la blesser. Je pense qu’elle s’en doute, elle ne prend plus mes appels qu’une fois de temps en temps et moi j’en ai marre de parler à un répondeur.

Les tords sont pour moi, j’ai été trop distant avec elle, alors qu’elle s’angoissait de la solitude. Je n’ai pas pu meubler ce sentiment, je n’en avais pas envie en fait, car je n’étais pas amoureux à franchement parler. Je ne l’ai pas aimé autant qu’elle l’attendait, pas assez désiré et elle n’est pas prête à affronter cette réalité. Pour autant que quelqu’un le soit.