Voilà, c’est jeudi. Mon mandataire de la curatelle et son chef passent vendredi matin, je vais avoir du ménage à faire… J’avais rangé tous mes papiers, tout est à refaire.

Zut de crotte de bique. Pour être poli.

J’ai aussi fait un grand tri dans mes e-cig, j’en ai récupéré et remis en état plusieurs que je croyais défectueuses,je suis assez content de moi (pour une fois).

Je me suis occupé de mes papiers a faire remplir par des assurances, banque etc... Et là je ne suis pas du tout content de moi, car il m’en reste à faire. J’ai même rencontré l’avocate et le jugement est dans une semaine, il faut absolument que je me bouge, et vite. Très vite même. Aujourd’hui par exemple. Je vais taper sur ma procrastination à coup de masse jusqu’à l’avoir réduit en tous petits fragments subatomiques.

J’ai constamment envie de me défoncer (mais je n’ai pas craqué), probablement du à l’approche du jugement, qui m’angoisse. C’est du tout ou rien, soit je me retrouve à la rue soit je suis relogé. Et à la rue, je ne sais vraiment pas comment je vais m’en sortir. Je perdrais tout...

Tout ça pour avoir voulu aider des SDF, on ne m’y reprendra plus.

Ils n’ont eu aucun respect, et ont tout fait pour me pourrir la vie. Je ne comprend pas ce genre de comportement. J’aurais tendance à penser qu’un minimum de reconnaissance s’impose. Mais non. Ma confiance dans l’humanité a encore baissé d’un cran. Ce n’était déjà pas très brillant, maintenant c’est pire. Heureusement, il y a de bonnes personnes qui ne me font pas perdre espoir.

Faute de trains pour rentrer chez elle, Apolline a dormi chez moi. Il y aurait peut-être eu moyen de moyenner, mais j’ai préféré dormir seul et ne pas faire d’avances. Je ne sais pas trop pourquoi, un mélange de timidité et de réserve, ainsi qu’une perte totale d’habitude de ce genre de rapport humain. Et puis, elle ne me plaît que moyennement, ça y fait. Je ne parle pas de son physique mais de sa façon d’être. Elle dit souvent que je ne dois pas répéter ci ou ça, façon mensonge,et je n’aime pas ça. Elle est très souvent scotchée à son mobile, et comme elle est supposée être chez une amie (c’est la salade qu’elle a raconté à son copain), il faut faire silence complet. Ca aussi j’apprécie modérément. Cachotteries et mensonges, sans moi. Elle est aussi extrêmement superstitieuse. Il m’arrive d’en faire (des mensonges, surtout par omission), mais j’essaie d’éviter autant que possible. Simple question d’éthique et de discipline. J’avais vu un reportage ou ils disaient que les français mentaient trente fois par jours, et tout spécialement au téléphone. Ca me fait froid dans le dos. Enfin, c’est une moyenne et il y a des spécialistes.

La pauvre Appoline qui se faisait une joie de rencontrer du monde, elle n’a vu que moi, déception...

Elle me fait l’impression de vivre son adolescence à 46 ans. Étrange. Remarquez, j’étais vieux à vingt ans (merci la came) et j’ai rajeunis par la suite, tout est possible, tout est imaginable, c’est le jeu de la vie comme disent Chevalier et Laspales…

J’ai reçu ma nouvelle box, mais je dois attendre le feu vert de SFR pour la mettre en route. Moi, ne doutant de rien, je l’avais déjà branchée, et ce n’est qu’après que j’ai eu le SMS disant d’attendre. Grrr. Curieux, tout était bien connecté mais ça ne fonctionnait pas. Ca alors. J’ai ramé comme un fou, finalement le type de la hotline l’a réinitialisé et maintenant ça fonctionne au quart de poil.

Brèfle, comme disait Berrurier.

Mes idées de roman mijotent gentiment, j’en rêve la nuit, reste à savoir si je vais accoucher de quelque chose ou non.

Mais quand j’en arrive à en rêver, le passage à l’acte n’est pas loin… Plutôt bon signe, si je ne m’enterre pas dans la procrastination.

Titi (je finis par me perdre dans les divers pseudos que j’ai attribué à mes amis / connaissances) m’a téléphoné à l’instant ou je l’appelais. Les grands esprits se rencontrent. Apolline veut à tout prix le rencontrer, Titi a un ticket en or grâce aux innombrables et nobles qualités que j’ai décrit à Apolline. C’est un grand garçon, il saura se débrouiller. Je ne compte pas lui tenir la main, ou la chandelle.

Hier, vers 18H00, coup de fil de… Dada (je crois) qui me demande si il peut amener un ami, je finis par accepter, et je vois débarquer, en plus de l’ami, un certain poète maudit dont j’ai déjà parlé (oublié le pseudo, pas Apollinaire en tous cas), maudit car il n’a aucun talent. Je l’avais vu il y a six mois environ, rien de particulier, mais là il avait une trogne d’alcoolique avec un gros nez rouge et pustuleux. En plus, il est fâché avec l’eau et le savon, ainsi qu’avec le rasoir. Par flemme. Vous l’aurez compris, je n’apprécie pas particulièrement le personnage. Je ne suis pas le seul d’ailleurs, et ce pauvre individu se plaint que personne ne l’aime. L’amour, ça se mérite. Quoique… Si, ça se mérite, un minimum d’effort comme se laver, être sympathique (même un petit peu), ne pas gratter les autres, bref, sans faire des efforts considérables, un minimum s’impose. Ensuite, chacun voit midi à sa porte,il y en a pour tous les goûts… Ou presque.

Moi je suis perdu pour l’amour, mais en général les gens m’aiment bien. Paradoxal. Je suis devenu trop farouche, solitaire, misanthrope, indépendant, timide, réservé,d’où ma perte de l’amour. Il faudrait un miracle pour que ça change. Je me marierais peut-être à 80 printemps, qui sait ? Quand il n’y aura plus de produit, car c’est surtout là que le bat blesse. Je me suis dit il y a une quinzaine d’années « plus d’histoire d’amour si je suis consommateur » et me voila seul quinze ans plus tard. Pourtant, ce n’est pas rédhibitoire. Il y a des tox qui vivent de belles histoires d’amour. Je dois être un peu con. Un peu beaucoup.

J’ai fait la bêtise de déclarer le vol de ma carte professionnelle, et maintenant le commandant (que je l’aime celui-là!) veut me faire passer devant la commission de discipline. Je ne vais pas me laisser faire cette fois ci. Je vais l’assaisonner. Marre d’être gentil, le bon con. Ca va saigner nom de d’la !.

J’ai réussis à voir mon avocate, qui veut reculer l’audience jusqu’à ??? sais pas. Mais ça me permettra de mieux me préparer, une bonne chose donc. J’espère retrouver un peu de sommeil et de zenitude. Ce n’est pas encore fait, mais ça y va bon train.

Je vais probablement faire un PV pour diffamation contre ce con-mandant. Il mélange tout, fait des trucs qu’il n’a pas le droit de faire, bref il en prend à son aise. Il est temps qu’il se prenne un vent. Un bon gros vent qui pue. Je n’ai plus rien à perdre. Diffamation, abus de pouvoir, harcèlement. Cet abruti s’enterre tout seul. Bon, c’est sur, ce sera le pot de terre contre le pot de fer, mais j’aimerais qu’il se fasse quelque cheveux blanc, ça le changera. Et j’ai des arguments. Si j’avais meilleure mémoire, je me souviendrais des mille et une vexation que j’ai subi, et des dix mille médisances qui se sont racontées sur mon compte. Comme je m’en foutais (à tord, à cause des dégâts que ça cause), je laissais dire et faire. Et ça m’est retombé dessus. Splash (bruit d’une bouse qui touche le sol)…

Je m’en occuperais demain. J’ai un RV à 9H00 au Csapa pour avoir le temps de revenir chez moi avant dix heure, heure de rendez-vous avec les personnes de la curatelle.Je vais faire un grand nettoyage demain, le seul truc qui m’emmerde c’est que je me suis fait voler tous mes produits ménager. N’importe quoi. Il faut le vivre pour y croire. Donc ce sera du lavage à grande eau. C’est mieux que rien. Peut-être avec du gel de douche ? Je n’y crois pas trop. Je crois qu’il me reste un peu d’eau de javel, ça va servir.

M’enfin.

J’espère que ça se passera bien demain avec les curatelliste ( ?? ça ne se dit pas, je viens d’inventer un mot). Je pense qu’il vont faire un inventaire de mes richesses (ça devrait aller très vite vu que je n’ai aucun objet de valeur) et me prendre ma CB. Sniff.

Enfin, je serais aux premières loges pour voir comment ça se passe, je vous raconterais l’épisode… Je ne sais plus combien d’épisodes il y a eu depuis 3 ou 4 ans, un bon paquet, mais là il y a eu des changements importants. On pourrait changer le nom de la série et repartir avec l’épisode un. C’est reparti pour cinq ans de nouveaux épisodes. Cinq ans de curatelle renforcées. Renforçat. Renversé. Ou un truc du genre.

Je repense au con-mandant, ça va lui faire tout drôle, et je sais qu’il va faire tout son possible pour me pourrir la vie. Je ne doute pas qu’il y arrive, mais je prends le risque.

Ce genre d’individu m’a gonflé toute ma vie durant, chacun son tour. Ca fera tâche dans son dossier, yark yark yark.