Une heure trente du matin, l’interphone sonne, je me lève et décroche, encore à moitié endormi, et c’est encore JF, qui demande à ce que je lui ouvre ma porte. Tout d’abord à cause de l’heure, je lui dis non, il me sort qu’il est dans « une galère internationale », je ne cherche même pas à savoir de quoi il s’agit, il devient presque suppliant, mais tous ses arguments, je les ai déjà entendu, rien ne me fait plier, je me braque et reste sur mon « non », sans m’énerver pour autant. Je finis par lui dire que je le laisse, car il continue à la jouer suppliant et misérable, victime, mais malgré l’empathie je ne change pas d’avis.

Cet épisode me laisse tout retourné, je ne me suis pas laissé laisser fléchir, je suis presque fier de moi, presque car je ne l’ai pas aidé, mais il m’en a fait voir de toutes les couleurs, et n’a que ce qu’il mérite. Cependant ça me laisse un goût amer dans la bouche et le cœur, et je n’arriverais plus à dormir pour le moment.

Je ne suis pas dans un cas de non assistance à personne en danger, en l’occurrence c’est plutôt moi qui était en danger, celui de céder, mais je ne peux oublier l’approche de mon procès le 14/05 et qui m’a amené à cette situation, en résumé JF et Pp, ce dernier a disparu de la circulation. Je n’ai pas de nouvelles de Pp depuis un mois et demi.

Ca me fait des vacances.

Nova est passé hier avec Dada, mais ils ne sont pas une gêne. Ils me téléphonent avant de passer et ne s’incrustent pas. Encore que Dada m’a demandé si il pouvait dormir chez moi une nuit vu qu’il s’est embrouillé avec le mec qui le loge, mais il a finalement trouvé une autre solution. Ce qui m’arrange là aussi.

J’ai tendance à être sur la défensive, un peu parano, quand on me demande ce genre de dépannage, on a trop abusé de ma gentillesse. Trop bon trop con comme disait l’autre.

Suite à plusieurs appels de plusieurs intervenants, l’avocate a accepté de me défendre, ce qui m’enlève une énorme épine du pied. Même si je suis obligé de payer plein pot, sans un avocat je me serais fait laminer. Même si ça me coûte de l’argent.Je fais un dossier d’aide judiciaire, au pire ce sera un coup d’épée dans l’eau, au mieux une prise en charge complète des frais d’avocat. Et vu ma situation financière en ce début d’année, j’ai de bonnes chances.

Demain il faut que je fasse le nécessaire pour faire une déclaration de vol de mes papiers car pour le procès il faut des papiers d’identité. Nationalité française oblige. Tout ça à cause des vols de S.

Je n’ai pas parlé de lui depuis un bout de temps et je ne sais plus quel pseudo j’employais pour lui. S. fera l’affaire.

Je n’ai pas encore eu l’avocate au téléphone mais je suis vraiment heureux qu’elle accepte de me défendre, je vois enfin une minuscule lumière au bout du tunnel. A moi d’assurer pour bétonner le dossier en alignant des pièces justificatives pour ma défense.

Déjà, il me faut une déclaration de vol auprès du commissariat, je ferais ça dés demain.

En ce moment, tous mes moments de libre sont consacrés à la recherche de pièces justificatives x:xr clôturer le dossier d’aide judiciaire.}’y ai passé mon week-end.

La conseillère juridique de la mairie est en congé ce soir pour 15 jours, ce qui me complique la tâche, car à son retour il me restera 15 jours pour finir de me préparer au procès. Ce qui fait un délai tragiquement court dans ce genre de cas.