Depuis quelques jours, j’ai découvert un autre profil chez Pp.

Jusqu’à vendredi dernier, il bossait, donc occupé en journée et motivé pour travailler, il était fatigué le soir, et se couchait tôt. Depuis Vendredi, je le vois se déliter peu à peu, acharné à se prendre une ou deux cuites par jours. Et quand il est cuis, il me fait beaucoup penser à Paco : agressif, facilement injurieux, violence et insultes à la bouche. Dr Jekyll et Mr Hyde. J’ai horreur de ça, les alcoolo-dépendants qui tombent dans ce délire sont ingérables et quand ils ont bu, ils me font peur. Ils sont prêts à faire n’importe quoi, c’est leur violence que je déteste. J’ai vu Paco essayer de me crever les yeux à coup d’ongles puis prenant un couteau pour la suite des réjouissances. De la part d’un « ami », ça fait toujours plaisir. Pp est comme ça, lui aussi. Une des facettes les plus désagréables de l’alcool.

Encore un qui se glorifie avec la taille de sa bite, un de ces quatre je vais me lâcher (verbalement) et en allumer un sur le sujet, ça a le don de m’agacer, ces comportements infantiles.

Jf a la même tendance, je vais les enfermer ensemble, ils pourront comparer leurs notes.

Passons.

Ce matin, RV au CSAPA avec mon père, une AS (du CSAPA) et une infirmière (idem). Le but : faire une mise au point sur ma situation et son évolution. Sous entendu : virer toute personne que j’hébergerais encore. Faire (avec délai) les diverses démarches en cours, administrativement, juridiquement et autre du même tonneau. Pas franchement urgentes, mais à ne pas laisser s’enliser. Avec tous les sous entendus associés.Ils ont démarré au quart de tour, ils avaient chacun une opinion et un avis, moi je ne disais rien, j’ai fini par sortir un timide « je suis là moi aussi et je suis concerné... ». Je ressens ça (entre autre) comme une pression, qui se veut positive mais s’impose de fait à moi. Il faut que je devienne moins sensible à ce genre de force.

Bon, ce n’est pas sortis aussi gentiment, je commençais à avoir les dents qui poussaient, mais le ton et le consensus ont fini par s’harmoniser et trouver un accord. Quelque chose du même tonneau.

Bref, ça s’est bien terminé. Je pensais en moi-même « l’enfer est pavé de bonnes intentions », mais je l’ai fermée et j’ai pris sur moi. Peut être pas la meilleure des choses à faire dans le cadre du programme « affirmez vous et devenez autonome » mais je suis bien obligé de composer avec ce qui m’arrive.