Le nouveau WE s’annonce, nuageux, peut-être orageux. Comme sous les îles, on est dans l’œil du cyclone, et il va encore falloir se battre contre des éléments incontrôlables en espérant en sortir pas trop amoché. Mais là, ça tourne au duel ancestral : sur trois, seuls deux pourront attaquer le nouveau mois d’octobre. Le troisième sera looser après avoir été outsider. Et ce perdant sera à la rue, avec comme seul soutien ses souvenirs et des défonces sordides de pauvre. Ce ne sera pas moi.

On en a pas reparlé avec Khalil, comme si rien n’était arrivé. Pourtant, je vais lui en reparler aujourd’hui. Il faut qu’il fasse des démarches au 115, pour avoir si possible une chambre d’hôtel. Puisqu’il ne semble pas vouloir/pouvoir revenir chez lui, du moins là où il reçoit son courrier. Sa mère habite pas loin de chez moi, mais ils sont en conflit et il ne ne peut/veut plus revenir chez elle. A son âge, j’aurais honte. Il a vécu un moment dans sa cave, jusqu’au moment ou le bailleur a entrepris des démarches avec les autorités pour le virer. Ça tournait au sordide.

Sa mère a même porté plainte contre lui (son propre fils!) pour tentative de meurtre. Comme conflit, ça se pose un peu là…

Bref, je vais essayer de lui donner l’impulsion pour le relancer, pour qu’il trouve l’élan afin qu’il se trouve un hôtel, quelque chose de concret, je ne veux pas le mettre à la rue. Faire des démarches un week-end, c’est une très mauvaise idée, mais c’est tout ce que j’ai trouvé sur le moment. Je crains que lui donner un délai de 24 heures ne changera pas grand-chose. Mais je me sens responsable, même si objectivement je ne le suis pas. J’ai fait pour lui des choses que je ne fais même pas pour moi. Tout le monde me tient le même discours : je suis chez moi, c’est à moi de le virer, je n’ai pas à l’héberger. Et je suis responsable. S’il arrive quoi que ce soit, c’est moi qui prendrait tout. Je pense notamment aux risques d’incendie, il fume dans son lit avec une couette en nylon, qui a déjà des trous de clope, et en manipulant des produits chimiques hautement inflammables. C’est un vrai risque.

Bref, je voudrais passer un bon week-end, et ne pas me laisser perturber par cette histoire. Même si je vais devoir aborder la question a un moment ou à un autre.

Sinon, la pire pompe à fric ce mois ci est sans conteste Nova, qui fait un grand retour dans les catégories « cachetons », « métha » et « fringues ». Il avait plus ou moins disparu ces derniers mois, mais il semble avoir repris du poil de la bête (pauvre bête…). Dommage. A plus d’un titre.

Voilà, on est samedi soir, Khalil gagne un jour et doit trouver lundi un lieu de couchage. Un samedi soir ou un dimanche, c’était très délicat, et monsieur se laisse vivre, à mes dépends. Il est trop fatigué un samedi soir pour téléphoner. Normal, il a dormi toute la journée, il doit récupérer, là il est passé dans la dernière épicerie qui l’accepte à chrome (= à crédit). Mais Khalil n’a pas spécialement de problèmes d’argent, ses soucis sont plutôt d’ordre comportementaux. Il irrite tout le monde à jouer son personnage, et il n’a plus la sauce pour assurer les fins de partie, et là il joue son meilleur rôle : la fin tragique du poète maudit. Dommage que le public ne soit pas à la hauteur de l’acteur. De la confiture aux cochons, voila ce qu’il est. De son point de vue, bien sûr, qui est presque aussi brillant que lui. Sans égal, donc.

Serais-je sarcastique ? Un peu, peut-être, très légèrement.

Cette nuit, les flics ont débarqué vers 1:00, plainte pour tapage nocturne. Je n’y ai rien compris, je dormais, c’est Pp qui a mis la musique fort en pleine nuit, résultat, passage de la police et ce matin, appel du voisin du dessous qui commençait à vouloir me pourrir par l’interphone interposé (aurait-il peur?), je lui ai raccroché au nez. A dose homéopathique ce genre de conneries.

Bilan du WE : bof, Khalil est toujours là, alors que j’avais dit à tout le monde que j’allais le virer hier. C’est reporté à aujourd’hui, juste parce que le virer un dimanche était une mauvaise idée, ainsi que me l’a fait remarqué une AS, car tout est fermé, donc pour des raisons pratiques et humaines, j’ai reporté ça au lundi.

Khalil m’a dit qu’il allait se déplacer, je ne vois pas bien ce que ça changerait mais bon, avec lui on ne sait jamais.

Qu’il se mette en mouvement, c’est un début. Jusque là il s’est laissé vivre, mais en action on ne sait jamais ce qu’il peut accomplir. J’essaie de rester optimiste, disons. Ou je suis complètement aveugle, je ne sais pas.

Merc : pressions élevées du personnel du CSAPA pour que je dégage Khalil, qui a continué à se laisser vivre quoi que je dise. Du coup, en revenant du CSAPA tout à l’heure, excédé, j’ai dit à Khalil de dégager aujourd’hui. Reste ses affaire, je peux les lui garder le temps qu’il trouve quelque chose, mais là, dans l’immédiat, il doit partir.

Cet AM il a RV avec le « big boss » du bailleur (ça m’étonnerait,mais comment démêler le vrai du faux ?). Bref, j’espère qu’il décrochera un hôtel, chez un marchand de sommeil, mais tout est bon à prendre.

J’ai égaré 2 mobiles en 4 jours, je les ai entendu bipper, il sont dans mon salon, mais impossible de remettre la main dessus. Je n’ai aucune certitude, si c’est un vol, si c’est moi qui les ai égaré, je ne sais pas. Ca me rend chèvre.

Je dois repasser au CSAPA tout à l’heure pour leur dire que Khalil était parti. Son RV avec une AS est à 14:00, je ne sais pas à quelle heure il ressortira. Je le dégagerais à ce moment là, qu’il prenne un maximum de ses affaires et trace la route.

Si je ne le vire pas maintenant, je risque fort d’être expulsé. Vous comprendrez que je n’y tiens pas.

Je n’ose pas quitter mon appart en le laissant seul, je crains qu’il ne me vole, ou donne dans une vengeance quelconque. Pourtant, il faudrait que j’aille chez Bouyguetelecom, puis au CSAPA, je n’ai plus de téléphone et il m’en faut un. Quand au CSAPA, ils m’ont demandé de passer les voir pour leur confirmer le départ de Khalil. Ils m’ont vraiment mis la pression ce matin, ils étaient à trois pour me convaincre. Seulement ce n’est pas des « yaka fokon » mais des gens, et c’est toujours compliqué avec les individus. Le « matériel humain » comme dit mon AS.

Il est 13:30, son RV est à 14:30, je partirais en même temps que lui pour faire ce que j’ai à faire, et il ne reviendra plus chez moi, sauf pour récupérer ses affaires. C’est la seule concession que je lui ai laissé. Je me sens responsable et un peu coupable, mais objectivement je ne devrais pas. Je l’ai hébergé deux mois pour 100€, et il n’a rien payé en retour, nourris, logé, blanchis, il pouvait m’appeler « maman », c’était presque la vérité. Il s’est fait défoncer la gueule deux fois par Pp, mais il est resté quand même, comme une tique (vous avez lu « le parfum » de P. Suskind ? L’image vient de là).

C’est confirmé, mes portables ont été volé par Stéphane, ils sont assurés, je vais porter plainte et essayer d’en récupérer un par mon assurance. En attendant, j’en ai acheté un pour 80 €, il valait 200 €, mais j’avais droit à un portable à prix avantageux par mon opérateur. J’aurais préféré en bénéficier pour un mobile différent, mais bon, je fais avec les moyens du bord. Je n’ai plus beaucoup d’argent sur mon compte et je préférerais l’utiliser pour autre chose qu’un énième portable.

C’est l’épilogue avec Khalil, on approche de la fin de l’histoire, mais ça traîne en longueur. Ca fait X jours que j’en parle, et c’est toujours la même : je vais virer Khalil, mais il reste quoique je fasse ou dise. Reste la violence ou la police. Avec de la chance ou de l’obstination, ce sera fini aujourd’hui. Je suis pour l’obstination, je ne veux pas lui faire de mal, je ne suis pas son ennemi, je n’ai pas de ressentiment envers lui, Mais il ne me facilite pas les choses.

Je vous tiendrais au courant de cet épilogue.