Je me suis mis dans une belle mouise.

Je vais essayer de dépenser un minimum ce mois ci,. Je devrais m’en sortir. Il y a toujours des inattendus, les trois mois passés ont été plutôt positif même si j’ai tiré la langue sur la fin de mois. L’argent me brûle les doigts. C’est surtout qu’en début de mois je fais des achats importants qui plombent mon budget, et ce mois ci je vais essayer d’éviter cet écueil.

C’est compulsif.

Je vais vous épargner les détails de mon budget, ce n’est pas très intéressant.

Hier, j’ai dit à Khalil qu’il devait partir d’ici dimanche, ce qui ne lui a pas plu du tout. Il m’a demandé un sursis. J’ai dit non. Je ne suis pas sur d’avoir été entendu. Il a une clé à moi que je lui réclame depuis cinq jours, tous les jours, mais il ne me la rend pas. Je ne sais pas à quel extrémité je vais devoir aller pour le virer de chez moi. Je ne suis pas quelqu’un de violent , mais je crois que je vais devoir en arriver là pour le faire partir.

Ce qui ne rentre pas dans ma philosophie de la vie, mais si je ne fais rien, il va tout simplement s’incruster chez moi à sniffer de l’alcool à brûler et boire des bières, jusqu’à ce que le ciel me tombe sur la tête. Lui n’aura qu’a trouver un autre gogo à plumer. Et moi je serais encore plus dans la merde.

Je viens d’apprendre que j’avais un débit de 750€ de la part des impôts, merci à eux. Ils ne m’avaient jamais débité une telle somme d’un coup, en général ça ne dépassait pas les 400€. Là c’est plus de la moitié de mon salaire. Je vais faire avec, je n’ai pas tellement le choix. Ou alors je les contacte et je vois si ils acceptent de baisser leurs prélèvements. Ça ne coûte rien d’essayer. Si je leur propose un tiers de mon salaire, ça fait une somme de 480 €, je peux tenir quelques mois comme ça. En serrant tous les boulons.

J’ai enfin récupéré ma clé. J’ai discuté avec une assistante sociale que je connais depuis des années, elle m’a dit que pour avoir un logement social, ça prend des années, je vais prendre un RV avec une assistante sociale ce matin, c’est un début. Mais il n’aura pas de délai d’urgence, il n’est pas prioritaire, n’a pas de travail, touche simplement l’AH (allocation adulte handicapé). Bref, il n’a pas beaucoup de cartes en main et je ne suis pas celui qui le sortira de ses problèmes, j’en ai bien assez comme ça. Il reste le 115, numéro pour les logements en urgence, celui que font les SDF pour avoir un logement d’une nuit, mais ça a une mauvaise réputation (vols, alcool, violence, etc). Ce n’est pas le lieu idéal pour se ressourcer. Je crois que Khalil, par son comportement, à épuisé la liste de ses amis prêts à le loger. Je sais que Paco ne le laissera pas entrer un orteil chez lui, moi je suis à bout de patience, et je ne vois pas qui d’autre l’accepterait chez lui. Quel gâchis. Khalil était quelqu’un de brillant, l’alcool l’a détruit. Et il n’a jamais lutté contre cette dépendance, au contraire de moi ou Paco. Il pense que c’est dans sa nature de boire des bières, de vivre la nuit et de faire la fête. Mais maintenant, la fête est finie, les lumières sont éteintes, et les convives sont partis se coucher. Il ne reste que lui, tout seul.