Accueil

smiley : regular_smile Rupture

 Ca fait bientôt deux semaines que je suis sorti de la clinique, ça se passe plutôt (très) bien, mis à part quelques cravings au tout début, mais ça s’est arrangé rapidement. Je ne vais plus au CSAPA que deux fois par semaine, avant c’était tous les jours, c’est moins de pression pour moi, et c’est tant mieux.

J’ai aussi eu quelques soucis avec JF et Pp, j’ai (encore) fermé ma porte, là aussi les choses se sont tassées d’elles-même, je ne rentre pas dans les détails. Quand à ma copine de la clinique, j’envisage surtout de mettre le holà à notre relation. On n’a pas développé suffisamment de complicité et d’intimité pour que notre relation tienne la route, selon moi. A chaque fois que j’y pense, c’est pour la quitter sans trop la blesser. Je pense qu’elle s’en doute, elle ne prend plus mes appels qu’une fois de temps en temps et moi j’en ai marre de parler à un répondeur.

Les tords sont pour moi, j’ai été trop distant avec elle, alors qu’elle s’angoissait de la solitude. Je n’ai pas pu meubler ce sentiment, je n’en avais pas envie en fait, car je n’étais pas amoureux à franchement parler. Je ne l’ai pas aimé autant qu’elle l’attendait, pas assez désiré et elle n’est pas prête à affronter cette réalité. Pour autant que quelqu’un le soit.

 

mercredi 25 juillet à 11h20 par klodd dans Autographie | # | 2 commentaires

smiley : regular_smile Murphy ?

 J’ai pas mal discuté avec la psy de la clinique hier, c’est quelqu’un de vraiment intéressant et le courant passe bien. Je ne l’ai pas suffisamment vue pour démarrer quelque chose de sérieux mais elle m’a remonté le moral. Toujours ça de gagné.

Demain je retrouve ma chatte et ça aussi va me faire du bien.

J’écoute the wall des floyd, que je n’avais pas écouté depuis je ne sais combien d’années, je connais encore les paroles de certaines chansons, et ça m’a fait bizarre de le réentendre. J’avais cessé de l’écouter parce que je m’en suis gavé ad nauseam durant mon adolescence et cela faisait revenir des émotions très négatives, qui ont disparu aujourd’hui. Évolué, disons.

C’était pendant mon sevrage d’héro vers la vingtaine d’années, il m’a fallu affronter ça, plus une séparation d’une jeune femme que j’aimais profondément, la disparition de sa mère suite à une tumeur, l’isolement dans une région mal connue, pas de fric, bref ça faisait beaucoup.

J’ai infos toxique dans quelques minutes mais je pense que je ne vais pas y aller, pas envie, et puis ils me feraient quoi ? J’ai déjà zappé quelques ateliers, personne ne m’a rien dit, donc je sèche, dans ma tête je suis déjà sortis. Il faut signer le planning hebdomadaire, et noter son nom dans un cahier que l’organisateur de l’atelier fait circuler. Comme à l’école ou presque.

Il y avait une possibilité de sortie en fin d’AM, mais j’ai oublié de le demander au médecin, du coup je n’ai pas eu cette autorisation et j’ai du rester dans ma chambre. A un autre moment je serais sorti tout de même, mais ma chambre donne sur le local de soin où se travaillent les infirmières, sortir est facile mais rentrer beaucoup moins, surtout si on a fait des courses impossible à dissimuler. Pas grave, c’est un peu débile selon moi puisque je sors demain. Ne cherchez pas la logique, il n’y en a pas. C’est uniquement pour ne pas être tenu pour responsable en cas de problème.

J’ai quelques soucis avec mon PC portable, il y a un mauvais contact avec les prises USB, résultat je n’ai plus qu’une e-cig qui fonctionne sur les 3 que j’ai amené (je suis prévoyant et bien placé pour savoir par la pratique que ces machins obéissent à la loi de Murphy, dite loi de l’emmerdement maximum).

mercredi 11 juillet à 21h04 par klodd | # | 5 commentaires

smiley : regular_smile Neuro

 Je viens de faire un bilan cognitif (des tests) avec un médecin neurologue, c’est plutôt positif, si ce n’est qu’il y a un petit soucis de retransmission de l’information. La mémoire est bien là, comme les poissons au fond des mers, mais le filet est nécessaire pour les pécher, et ça ne fonctionne pas à tous les coups. Je dois utiliser des trucs mnémotechniques pour tenter d’améliorer les choses.

J’avais déjà fait un bilan en 2012, c’était déjà plus ou moins la même chose. En pire, il y a eu de l’amélioration.

Cet après midi je dois faire ma seconde et dernière séance d’hypnose avec une psy (chologue), je vais enregistrer la séance, comme la dernière fois. Je réutiliserais ces enregistrements selon les besoins.

J’ai du modelage aussi, j’ai fait deux cendriers avec une sculpture au centre (des visages...!). Il y en un qui est assez réussi (bien malgré moi), que je ramènerais chez moi pour les fumeurs de passage.

Quand j’étais à l’IRM (l’hôpital psy, il y a un ou deux ans), j’avais fait un chat en peinture sur verre, arrivé chez moi un alcoolo de passage a réussi à le briser, pour une fois que j’étais fier de moi, j’étais dégoûté. C’était facile, comme un calque, on recopiait un dessin ou une photo par la transparence du verre. Il faudrait que j’achète du matériel de sculpture et/ou de peinture si je veux m’améliorer… C’est un projet assez vague que, je crois, je ne réaliserais jamais. Une idée de passage je pense. La procrastination m’en empêchera je le crains. Je ne suis pas suffisamment habile de mes mains.

Ceci dit, on n’apprend pas à conduire en trois minutes.

Le médecin addictologue qui me suit devrait passer dans ma chambre après le déjeuner, d’ici une heure trente environ, j’ai des choses à lui dire.

Je ne sais pas trop comment ça se passera pour ma sortie jeudi, j’ignore si ils me donnent le dossier médical ou s’ils le transfèrent directement au CSAPA. Encore une surprise à venir. Il ne se passe pas grand-chose, je m’ennuie, or l’ennui est ma grande et éternelle bataille. Jamais gagnée, constamment d’actualité, depuis mon enfance, bien avant les produits.

Un de mes premiers souvenirs, je m’ennuyais, tout gamin, et j’étais allé voir ma mère pour lui demander si elle n’avait pas une idée d’occupation, elle m’a proposé de faire la vaisselle, ce qui ne m’intéressait aucunement. J’en ai été pour mes frais. Pas de vaisselle et retour à l’ennui. Je devais avoir 7 ou 8 ans.

Un jour, avec cette pure naïveté propre aux enfants, j’ai demandé à ma mère pourquoi elle m’appelait « bijou ». Elle m’a seulement répondu que c’était parce que j’étais son bijou. C’est la seule marque d’affection que j’ai eu et je m’en suis contenté. Pas de mots ou de gestes d’amour ou de tendresse, pas d’histoires le soir (j’ai su lire à 5 ans et dés lors je me suis débrouillé tout seul pour les histoires). Quand j’y repense, je me dis qu’il y a là un grand manque. Un vide qui ne sera jamais comblé. Mes parents m’aimaient, j’en suis convaincu, mais ils ne le montraient pas.

Je suis en train de regarder la saison 5 de Breaking bad, c’est une bonne série US, j’aime bien et ça m’occupe. J’ai presque bouclé la saison, il va falloir trouver autre chose pour employer mon temps…

Avec Kodi, j’ai une multitude de liens en streaming, je ne fais plus du tout de téléchargement, pour rester dans la légalité. C’est une simple habitude à prendre, fini les disques dur gavés jusqu’à la gueule. Comme toujours dans les situations d’hospitalisation au long cours, il y a des petits malins avec des clés USB et une furieuse envie de récupérer tout ce qui est possible, je ne manque pas de sollicitations pour les ordis et même les téléphones portables. Je ne sais pas pourquoi précisément (parce qu’il y a un écran et des touches ?), dés qu’on dit connaître un peu l’informatique il y en a toujours un pour sortir le smartphone, alors que ça n’a qu’un lointain rapport. Ils m’avaient fait le coup, quand je bossais, d’assimiler téléphone et informatique alors que je ne connaissais rien à la téléphonie. C’est comme piloter un avion parce qu’on a le permis de conduire : rien à voir.

U§ne fois rentré, je verrais si je peux trouver un thérapeute pratiquant l’hypnose, ça peut être un bon outils.

mercredi 11 juillet à 10h43 par klodd dans Autographie | # | commenter

smiley : regular_smile Soleil au beurre noir

 Vivement jeudi, que je sorte de cette endroit. Je craque. J’en ai marre. Je travaille du chapeau, alors que chez moi j’étais bien. Le peu de temps ou j’y étais. Bien entendu, je n’aurais ni plus ni moins de craving, peut-être plus que moins, mais je serais chez moi et j’organiserais mon temps comme je l’entendrais. Plus personne chez moi, enfin libre.

Ce n’est ni la prison ni l’hôpital psy ici, les installations et le personnel sont plutôt bien, mais ça n’a rien à voir avec un home sweet home.

Jeudi, je rentrerais vers midi, une heure chez moi, le temps passera vite. Vendredi matin j’irais au CSAPA, idem la journée passera rapidement, quand au week-end… Je ne me projette pas si loin. Je verrais. 24H à la fois. Je fais miens les axiomes des AA, même si le produit diffère. Le mécanisme de dépendance reste le même.

Je crains vraiment pour ma sortie. Mes pulsions font leur grand retour et ça m’angoisse, peur de craquer. Mais bon, il faut bien affronter le réel comme disait l’autre.

Si j’avais une oreille amie, ça m’aiderait peut-être, mais je ne vois personne dans l’immédiat. Écrire soulage un peu, même si ce n’est pas grand-chose. Je vais trouver refuge dans le sommeil le plus tôt possible. Je ne prends qu’un Imovane le soir, je m’endors comme un bébé et je ne suis pas dans le pâté le lendemain matin.

Je dois voir le médecin demain midi, et je lui demanderais si il ne peut pas me prescrire quelque chose pour un ou deux jours. Il y avait un superbe coucher de soleil ce soir, je ne sais pas si la photo lui rend hommage…

lundi 09 juillet à 22h29 par klodd dans Autographie | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Chat tôt

 Je ne sais pas trop ce que j’ai fait avec les deux précédents posts, en fait j’ai du reprendre le même texte après l’avoir posté, en oubliant l’avoir fait, donc il n’y a que la fin qui change… Bon, il n’y a pas mort d’homme.

Aujourd’hui, rien à faire à part passer à la banque.

J’ai récupéré Kodi, qui est un lecteur média donnant accès (entre autre chose) à tous les streaming des boites en proposant d’innombrables liens, mais aussi à la TV, radio et j’en passe. Pour l’installer, taper tuto kodi dans youtube, suivez les explications, c’est relativement simple. On a aussi accès gratuitement à des contenus payant, genre netflix. C’est libre d’accès et impressionnant dans la diversité des accès et de ce qu’on peut trouver. Ca m’occupe.

Ce matin, prise de sang, l’infirmière m’a raté à deux reprise, elle doit repasser pour le troisième round, du coup je n’ai pas de déjeuner. J’ai l’habitude, je n’ai plus de veines. J’en ai sur les mains, mais elles sont difficiles à avoir.

J’ai mon après-midi, je ne sais trop quoi faire. Le soleil cogne dur, je n’aime pas quand il fait trop chaud, et les sunlight ne sont pas mes amies, à cause du risque de mélanome. C’est de famille.

J’ai mon après-midi mais je ne sais pas trop quoi en faire. Je vais aller me balader en ville je pense.

+tard : j’ai fait une balade de deux heures jusque dans Pontoise, j’ai si bien pris le soleil que j’ai maintenant un bon mal de crâne.

Je m’emmerde et dés que je n’ai plus mon attention fixée sur une activité, j’ai envie de me défoncer. L’ennui est toujours mon ennemi. Je bidouille sur l’ordi, quand j’essaie d’écrire je n’ai aucune inspiration, impression d’écrire des conneries. Je crains que ce ne soit plus qu’une impression. Bref.

Dimanche je suis rentré chez moi, je me suis tapé 5H30 de transport en commun pour pouvoir passer 2h avec ma chatte et récupérer le courrier. Crapule m’a fait la fête et j’étais vraiment heureux de la revoir, ça m’a fait du bien. 

 

En revenant j’ai passé 2h dehors avec ma cop’s. La pauvre, je l’ai vraiment délaissée, passant l’essentiel de mon temps scotché sur l’ordi dans ma chambre. Elle a du mal a comprendre, et je me mets à sa place. Heureusement pour moi, elle est patiente et vraiment gentille.Elle est là pour une alcoolo-dépendance et elle semble portée sur les benzo à l’occasion, rien de bien méchant. Je ne minimise pas la chose, je suis bien placé pour comprendre.

Il ne se passe pas grand-chose dans une clinique, d’autant après 3 semaines, on est dans le routinier et l’habituel. En rentrant chez moi, je suis tombé (mal) sur une connaissance qui m’a proposé metha et benzo, il a bien trouvé son moment pour m’accoster. J’ai refusé poliment, mais ça m’a

travaillé au corps… J’espère que je ne le reverrais pas après ma sortie. On peut toujours rêver.

 

lundi 09 juillet à 10h31 par klodd dans Autographie | # | commenter
Précédent : Hypnose
 
Hébergé par karmaos.com