Accueil

smiley : regular_smile shame on you

 Tout est question de motivation pour arrêter une dépendance, aucun rapport avec la volonté. On a beau se faire violence, ça ne fonctionne pas. Comme se l’imagine trop de monde, que ce soit au sujet de l’alcool ou autre drogue. Je mets à part l’alcool, mais c’est une drogue aussi, et une drogue dure. 30 000 morts par ans contre environ 150 à 200 pour les diverses OD. Ca donne à réfléchir.

Défoncez vous, mais sans conduire ni boire d’une façon générale ou excessive. Oh et puis non, ne vous défoncez pas non plus, ca vous permettra de ne pas tout perdre dans votre vie. Moi j’y ai eu droit deux fois il, n’y aura pas de 3° fois. Je paye mes conneries au prix fort encore aujourd’hui. Je ne vais pas faire ça une dernière fois.

De toutes façons, il n’y a plus grand-chose ou de personne à perdre pour moi. Je pense que c’est une des raisons qui me font accueillir des gens chez moi. Une autre raison est que j’ai un F4 dans lequel je suis seul, je me suis dit que je pouvais dépanner des gens une ou deux nuit. Erreur fatale ! Règle N° 1 : personne ne rentre chez soi. Même pour un thé et des petits gâteaux, ou alors par le biais d’une association. Maison = lieux sacré. On ne profane pas. Sauf pour la famille et les vieux amis. Encore que la famille, moins je les vois mieux je me porte. Il ne faut pas faire de ride dans la mare de leur petit confort mental.

A titre d’exemple, mes trois aînés ont eu droit à une fête spéciale pour leur 50 ans. Et moi ? Que dalle, nada, rien de rien. Je vais bien voir s’ils font les 50 ans de mon petit frère, cet été. Ou alors, ils le feront mais sans m’inviter. Je trouve que c’est abuser quand même. Il y a eu aussi les fêtes et mariage des neveux et nièces, ou on a oublié de m’inviter. Ca fait mal.

Que voulez vous, quand on naît mouton noir on le reste toute sa vie. Je traîne les mêmes casseroles depuis des décennies, quand je sors d’un problème c’est pour tomber dans un autre. C’est lassant. Très lassant. Trente ans d’efforts, de petits succès, de gros échecs et on remonte sur le manège en espérant que ce tour là sera le bon.
On a qu’un seul choix : continuer à avancer malgré tous les écueils. S’arrêter, c’est mourir.

Et moi je compte bien tenir et emmerder le monde le plus longtemps possible. Vu mon hygiène de vie telle que je la pratique, ça ne devrait pas tarder tant que ça, mais sait-on jamais… Je viens d’une famille de nonagénaire (voir plus). La génétique joue en ma faveur. Au contraire de ma vie de patachon. Que j’ai largement laissé tomber en arrêtant de boire. Ca, ça a été un grand pas en avant. Il m’en a fallu des rechutes et des essais pour y arriver 10 ans environ pour réussir. J’avais perdu tout espoir, je me suis mis en congés huit jours en 2011, et j’ai décroché tout seul chez moi, avec l’aide de l’éspéral. Et ça a fonctionné, même si j’étais dans un sale état. Les toubibs que je voyais ne me croyais pas que je leur disais que j’avais arrêté. C’est pourquoi je me fous un peu de l’opinion des toubibs. Ils s’imaginent tout savoir mais nombre d’entre eux sont loin du compte et se plantent en beauté. Comme l’ile.

Je me souviens notamment d’un expert psychiatre qui n’a vu que deux choses : que je transpirais et que je tremblais. A partir de là c’était plié.Mais j’ai transpiré pendant 4 ans avant de retrouver des sensations normales. Avant, j’étais en tee-shirt à zéro en hiver et je transpirais. Enfin, cette partie de ma vie est passée. Et j’en suis très content. Parce que c’est très désagréable d’être dans un bus et d’être en nage. Et d’être le seul à dégouliner. A fondre plutôt. Une fois, je vais au CSAPA, en nage toujours, et un mec me dit « t’es en manque ? ». Je lui répond que non, que c’était juste l’alcool, il ne m’aurait pas cru probablement. Il a du croire que je me foutais de lui. J’ai ruiné mon canapé imitation cuir à cause de cette hyper-sudation. Mon thermostat intérieur s’est re-réglé correctement. Quatre ans pour ça. Je ne sais pas combien de temps il me faudra pour récupérer d’autres choses. Si c’est seulement possible. J’aimerais par exemple avoir moins de trous de mémoire. Mais je prends des médicaments qui nuisent à ma mémoire. Enfin, je croyais en avoir fini avec ça, puis une autre personne m’en a repassé, comme ça, gratuitement (ou pour me remettre dans la dépendance, il gagne sa vie comme ça). Je ne sais pas, en tous cas j’ai fini le tercian aujourd’hui, je devrais récupérer à moins qu’un autre « cadeau » ne vienne perturber le tableau. Les dealers n’ont pas d’âme. Ni de cœur. Incroyable ce que les gens sont prêt à faire contre de l’argent. J’ai appris ainsi que N faisait des faveurs sexuelles pour de la metha. Par son ex. Elle ne se prostitue pas avec n’importe qui mais elle permet à son ex des privautés qui se font normalement entre adultes consentants et là N n’est pas vraiment consentante. Ca me met en colère. Une colère noire. D’habitude, Nath ne se laisse pas faire, mais là, pour un produit… Le 19/12 elle a RV avec le médecin d’Essonne accueil, le CSAPA de l’essone. Elle aura un traitement et n’aura plus besoin de continuer ce simulacre d’amour. J’ai envie d’aller voir ce triste personnage pour lui dire qu’il n’est pas le seul ami de Nath et que s’il recommence, on lui rentrera dans sa gueule de pervers.

Mais bon, c’est un peu tard, elle voit le médecin le 19/12, elle n’aura plus à se soumettre aux pratiques de son ex. Douze jours à tenir. De mon coté, je la dépanne sans rien attendre en retour, et si je me débrouille bien, elle n’aura plus besoin des « faveurs » de son ex. Il faut que je lui donne la moitié de mon traitement, c’est jouable. Déjà, j’ai de la métha sirop 20mg, que je vais lui donner, il y en a sept flacons, une semaine.Le reste, je lui donnerais en métha gélule (elle préfère le sirop, mais bon, on fait comme on peut et contre mauvaise fortune bon coeur).

Seulement, je crois qu’elle ne voudra pas qu’on en arrive là, après tout c’est avec lui qu’elle vit. Et c’est avec lui qu’elle restera une fois qu’on sera reparti. Mais je vais quand même lui proposer. Au moins elle se sentira moins seule dans cette galère. Elle aura une porte de sortie. Psychologiquement c’est important.

Quand je pense à ce salopard, je vois rouge.

Bref.

Quand on le voit, il est gentil, souriant, d’un commerce agréable, encore un qui cache bien son jeu.

Dans ce genre de cas, j’ai honte d’être un homme. Heureusement, il y en a qui rattrapent les autres.

jeudi 07 décembre à 07h57 par klodd dans blasblaseries | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Aware

Ca va mieux que depuis ces derniers jours ou j’ai fait du grand n’importe quoi. Je suis vraiment navré d’avoir fait disparaître le com de Fleurdatlas. Je crois que c’est la première fois que ça m’arrive depuis que je suis sur Karmaos, depuis u-blog, soit 2003. Faites péter le Champomy.

N est en chien, moi aussi,je vais devoir passer la journée sans metha (suite à une erreur de ma part sur mon traitement). Mea culpa. En général avec N on s’entredépanne mais là c ‘est la dèche générale. J’ai même trempé un orteil métaphorique exploratoire dans la grande marre saumâtre des dealers de rue, pour l’en retirer précipitamment. En trente ans rien n’a changé, sauf les prix et la parano qui ont tout deux grandi.

J’ai accumulé connerie sur connerie depuis une semaine environ, Celle-ci en était une de plus.

Enfin, ça va mieux, je n’ai plus l’impression d’être un zombi. Je retrouve mes esprits. Pour autant que j’en ai eu un jour…

Plus sérieusement , mon médecin du CSAPA m’a proposé de voir une auxiliaire de vie, je ne vois pas bien en quoi je serais contre, ni en quoi son boulot consiste. Ce n’est pas une aide ménagère. Mais qu’est ce donc alors ? Je l’ignore. Il faudrait que je regarde sur le net. Bon, ça semble très bien, mais c’est quoi les tarifs ?

Il y a six mois de théorie puis 3 ans avec des personnes âgée, et enfin vous êtes une vraie auxiliaire de vie. Ca intéressera peut-être N. Sait-on jamais.

Je m’y mettais bien moi-même, il faut que j’étudie ça de plus près.

Surtout que j’ai dépassé la barrière des 50 piges, pour faire de l’argent, c’est pile le moment. Si je veux dépasser les 1000 euros/mois une fois retraité, je dois faire quelque chose pour les dix ans qui viennent.Avec les conneries que j’ai fait, je risque la tôle, je vais essayer de désamorcer la bombe avant qu’elle n’explose, Pour être plus précis, ça mettait en jeu un médecin et des ordo, je me suis fait griller. Je suis allé voir le voir le médecin et je n’en menais pas large dans la salle d’attente. Il m’a dit qu’il ne déposerait pas plainte contre moi, soulagement. On a discuté un peu et je suis rentré chez moi le cœur un peu plus léger.

J’ai été plutôt actif hier matin, CSAPA, passage chez N, redresser mes lunettes, médecin, je n’ai pas arrêté.

Aujourd’hui devrait être plus calme. J’attends que JF me paye ce qu’il me doit pour lui dire (pour la pénultième fois) de partir. Je lui parle, ça glisse sur lui comme du beurre sur une poêle brûlante. Il fait de la résistance passive. Pas la peine de parler, il dit « oui, oui »et n’en fait qu’a sa tête. Il ne comprend que la violence. il ne comprend que la violence, et moi la violence je n’aime pas ça du tout . J’ai peur de moi et de ce que je pourrais faire. Ca remonte à l’enfance. Je me battais tout le temps, avec parfois de sérieux dégâts, et surtout à mon petit frère. J’ai beaucoup de mal à parler de ça. Traumatisme.

Mon père tient absolument à se rendre au jugement le 21/12, vu que notre présence n’est pas obligatoire ça ne me tente pas du tout mais bon, je vais suivre le grand ancien. J’ai l’impression de n’avoir pas grand choix en la matière.

Dans la série « inutile mais indispensable », un de plus.

 

lundi 27 novembre à 07h45 par klodd dans blasblaseries | # | 2 commentaires

smiley : regular_smile wake up !

 Pp est à bois d’arcy (une prison) pour quelques mois (il m’a écrit pour que je lui envoie des affaires). 

Il n’a rien à se mettre sur le dos. Il y a une AS du CSAPA qui se rend régulièrement à bois d’arcy, je vais voir si elle peut lui apporter des affaires, parce que moi, je n’ai pas de voiture, je ne sais même pas comment aller à bois d’arcy, bref c’est un peu la zone.Avec deux gros sacs en plus…

J’ai changé de box, j’étais chez free et je passe chez bouygues, nettement moins cher. Fut un temps ou free avaient le meilleur rapport qualité / prix, mais maintenant c’est bouygues. Je devrais être connecté avant le 7. En attendant, ma bbox ne fonctionne pas encore et free a coupé sa connexion, je n’ai plus internet. J’ai tellement le réflexe internet que je commence à chercher quelque chose, j’ai un message d’erreur et je me souviens que point de net.

J’ai été en complet décalage temporel depuis jeudi. Je suis allé au CSAPA jeudi au lieu de vendredi, samedi je me croyais dimanche, et dimanche je me croyais lundi, je me suis même rendu au CSAPA pour trouver porte close. N’importe quoi. En tout cas, j’ai retrouvé ma conscience du temps. Le déclic s’est fait dimanche quand je me suis trouvé comme un con devant la grille fermée à clé du CSAPA.

Il n’y a pas eu de diffraction du temps depuis. Pourvu que ça dure. C’est très désagréable quand ça arrive.

Disons que je suis tête en l’air. Ou excentrique.

La tante (et marraine) de Khalil m’a appelé (comment ont-elles eu mon numéro?) puis sa mère idem, en larmes, j’ai horreur de me trouver mêlé à une histoire de famille, ça tourne trop souvent en eau de boudin et on vous le reproche. Bref, Khalil va probablement aller à l’hôpital, que ce soit par la volonté de sa mère (qui à l’air gratinée) ou de la mienne (qui suis gratiné). Quand les pompiers sont appelés, ils prennent en main le malade, qui n’a rien à dire. Sa mère m’a dit qu’elle était la seule à pouvoir le convaincre d’y aller, je crois qu’elle se met le doigt dans l’œil jusqu’au l’épaule.

Enfin, ça réglerait mon problème avec Khalil une bonne fois. De bonnes choses se mettent en place pour moi. Mon psychiatre expert a avancé notre rendez vous à vendredi, après-demain donc. Très aimable ce médecin.La première (et seule fois) ou j’y suis allée, j’ai galéré comme un fou pour trouver son cabinet.La, j’ai pris portable, carte, boussole, GPS, ça devrait aller. En fait, je suis tombé sur des gens charmants qui m’ont indiqué le chemin. Il y a encore des gentlemans de nos jours. Ils avaient un smartphone pour se repérer… Autant pour moi.

Il faut que je m’occupe de mes papiers, je me laisse couler jusqu’à être entièrement dans la mouise. Sans parler des agios et autre qui me coûte cher. Je suis un très mauvais gestionnaire.

C’est JF qui m’a pris la lettre de Pp, sans gêne, et maintenant il ne la retrouve plus… et moi je suis le pape. Mais pourquoi se permet-il de taxer des objets et des courriers ? Voleur et menteur. Horreur. C’est pour la rime. Il y a mieux, mais il faudra faire sans.

Sur la lettre de Pp il y avait son adresse, mais je ne peux pas le contacter sans cette adresse et son numéro d’écrou. Fechier Jf.

Quand je lui en ai parlé, il a commencé à fouiller ses poches, mais aujourd’hui autre version, il l’avait juste vu sur le bureau, sans y toucher.Il est complètement incohérent. Entre l’alcool à brûler et l’alcool, il a des neurones complètement grillés.J’en reconnais les symptômes, ca me le fait encore après 7 ans d’abstinence même si ça va beaucoup mieux.

J’ai perdu une enceinte audio, elle avait à peine 3 mois. Je vais faire jouer à fond les assurances pour tout ce qui déconne ou qu’on m’a volé. Il faut que je retrouve mes papiers, et ce n’ai pas gagné. Ca va en faire des démarches et de la paperasse. Mais j’en ai marre de douiller alors que je suis « assuré ».

Comme je n’ai pas moyen de poster pour cause d’interruption du net dans le cadre d’un changement d’opérateur, je vais faire un gros pavé informe de plusieurs jour de posts (comme d’hab, me direz vous).

Il faut que je fasse un effort de ce coté là. Et que je mette des images, des photos, des musiques, ce que je ne fais que très rarement. Le blog serait plus attrayant, les femmes folles de désir se jetteraient à mon cou et… Pardon, je m’égare. Quoique...

Bref. Le pot de colle JF est toujours là, fidèle à son poste d’emmerdeur en chef. Il doit partir ce matin, mais il m’a tellement souvent fait le coup que je n’ose plus donner de date. Ou d’heure. Allez, une petite dernière, pour le fun : il doit partir ce matin vers 11:00, accompagné par votre serviteur, pour trimballer son bordel.

12:00 : Jf a disparu sans rien me dire, encore une entourloupe. M’en fous, quelle que soit l’heure ou il arrivera, je l’embarque en direction de sa « maison ». Une cage d’escalier, en clair...

Il y a une infirmière qui commence à me taper sur le système. Elle n’a pas forcément tord dans ce qu’elle dit, mais il y a l’art et la manière, et elle n’a ni l’une ni l’autre.

Je pense que je vais me mettre à l’ignorer, la violence verbale ce n’est pas mon truc, mais qui me cherche me trouve. Oui, c’est encore la meilleure des solutions : la politesse glacée, pas de bonjour ni de sourire. L’autre jour, elle me sort que j’ai l’air d’un clochard. Ca fait toujours plaisir. Ce ne serait que ça, je ne ferais pas du pathos, mais c’est une accumulation de petites remarques assassines qui me pètent les roustons. Pardon, me pilent les seins (il en faut pour tout le monde).

Bref, je vais la bouder et leur renvoyer leur bile plus fort que Federer une balle de tennis.

Une des motivations de Pp d’arrêter la metha était cette curiosité des infirmières ainsi que leurs jugement/sermon, qu’il jugeait franchement inopportun.
J’ai les glandes en ce moment, je me sens prisonnier d’un carcan invisible. Je fais tout de travers. Je suis devenu parano avec tout ce qui a disparu de chez moi.

Jf passe son temps à dormir (ou a comater sous l’effet de l’alcool à brûler), il bat même Ns qui est pourtant une grande dormeuse devant l’éternel.

Il s’installe devant la TV et s’endort en 5 ou 10 minutes, et il dort jusqu’à ce qu’un évènement quelconque vienne interrompre son sommeil. Il peut faire un tour de cadran comme ça. Seules les nécessités comme pisser ou manger le font émerger, et aussi la nécessité d’acheter ses bières et ses clops.,. Moi je ne peux pas faire ça, le bruit et la lumière me réveillent. Quand au reste, je m’en passe avantageusement.

mercredi 15 novembre à 10h59 par klodd dans blasblaseries | # | 5 commentaires

smiley : regular_smile Soul-entendus

 Depuis quelques jours, j’ai découvert un autre profil chez Pp.

Jusqu’à vendredi dernier, il bossait, donc occupé en journée et motivé pour travailler, il était fatigué le soir, et se couchait tôt. Depuis Vendredi, je le vois se déliter peu à peu, acharné à se prendre une ou deux cuites par jours. Et quand il est cuis, il me fait beaucoup penser à Paco : agressif, facilement injurieux, violence et insultes à la bouche. Dr Jekyll et Mr Hyde. J’ai horreur de ça, les alcoolo-dépendants qui tombent dans ce délire sont ingérables et quand ils ont bu, ils me font peur. Ils sont prêts à faire n’importe quoi, c’est leur violence que je déteste. J’ai vu Paco essayer de me crever les yeux à coup d’ongles puis prenant un couteau pour la suite des réjouissances. De la part d’un « ami », ça fait toujours plaisir. Pp est comme ça, lui aussi. Une des facettes les plus désagréables de l’alcool.

Encore un qui se glorifie avec la taille de sa bite, un de ces quatre je vais me lâcher (verbalement) et en allumer un sur le sujet, ça a le don de m’agacer, ces comportements infantiles.

Jf a la même tendance, je vais les enfermer ensemble, ils pourront comparer leurs notes.

Passons.

Ce matin, RV au CSAPA avec mon père, une AS (du CSAPA) et une infirmière (idem). Le but : faire une mise au point sur ma situation et son évolution. Sous entendu : virer toute personne que j’hébergerais encore. Faire (avec délai) les diverses démarches en cours, administrativement, juridiquement et autre du même tonneau. Pas franchement urgentes, mais à ne pas laisser s’enliser. Avec tous les sous entendus associés.Ils ont démarré au quart de tour, ils avaient chacun une opinion et un avis, moi je ne disais rien, j’ai fini par sortir un timide « je suis là moi aussi et je suis concerné... ». Je ressens ça (entre autre) comme une pression, qui se veut positive mais s’impose de fait à moi. Il faut que je devienne moins sensible à ce genre de force.

Bon, ce n’est pas sortis aussi gentiment, je commençais à avoir les dents qui poussaient, mais le ton et le consensus ont fini par s’harmoniser et trouver un accord. Quelque chose du même tonneau.

Bref, ça s’est bien terminé. Je pensais en moi-même « l’enfer est pavé de bonnes intentions », mais je l’ai fermée et j’ai pris sur moi. Peut être pas la meilleure des choses à faire dans le cadre du programme « affirmez vous et devenez autonome » mais je suis bien obligé de composer avec ce qui m’arrive.

lundi 16 octobre à 13h34 par klodd dans blasblaseries | # | 5 commentaires

smiley : regular_smile Deuil

 Je pense à Fleurdatlas, à sa situation, à cette douleur qu’est le deuil.

On gagne en profondeur dans la souffrance, et par pudeur (pour la plupart du moins) les gens n’osent pas aborder le sujet.

C’est comme une brûlure : une douleur intense et vive sur le moment, puis sourde, puis avec le temps, ne reste plus qu’une cicatrice qui vous marque à vie, vous change pour toujours. Pendant un temps, on se dit que si on ne bouge plus, qu’on y touche pas, ça ne fera plus mal, mais on finit toujours par bouger et ça fait mal, bon dieu que ça fait mal. Les autres ne comprennent pas, on est dans un espace temps hors de portée d’autrui.

On sait qu’avec le temps ça passera, mais on est dedans et on souffre.

Et puis il y a le manque, l’absence de la personne aimée, l’amour continue mais on ne peut plus l’aborder, comme avant, et l’exprimer.

L’amour est unique et incommunicable, mais le deuil aussi.

 

jeudi 12 octobre à 12h42 par klodd dans blasblaseries | # | 2 commentaires
Précédent : Que du bonheur ?
 
Hébergé par karmaos.com