Accueil

smiley : regular_smile anarchie

 Mon PC est en train de rendre l’âme gentiment, niveau son il crachote des vagues bruits que certains nommeraient « musique » avec beaucoup de bonne volonté. Et son ventilateur évoque plus l’hélicoptère que le petit ventilo de PC.

Je n’ai plus internet (pour le moment, dés que j’aurais payé ils me le remettront, vers le 28 donc, dans 10 jours. Ou avant, si le dieu des tox se manifeste. Vous me demandez pourquoi je suis athée ? Parce que même le dieu des tox est indigne de confiance. Trop défoncé sur un nuage, probablement. Une version modernisée de Dyonisos, bavant dans son sommeil éthylique. Ce n’était pas un dieu sympas, c’est Disney qui l’a représenté en bon vivant au nez rouge dansant avec du raisin plein les mains.

J’ai parlé un peu vite, mon père est passé et m’a payé ce que je devais à free. Le dieu des tox a décidé de me faire mentir.

S’il pouvait refaire ça avec une somme à 5 chiffres… Dieu, pas mon père. Bah, on peut toujours demander. Il paraît qu’il y a un dieu pour les alcoolos, c’est peut-être le même, qui sait ? Ca expliquerait le bordel ambiant.

Pour changer de sujet, au CSAPA, j’ai discuté un moment avec une infirmière que j’apprécie beaucoup. Mais tout le monde reste campé sur ses positions. La curatelle pour mon père, la communauté thérapeutique pour le CSAPA et le sevrage ambulatoire chez moi pour moi. Et ça n’avance pas d’un pouce. Je voudrais baisser, mais je ne peux pas, ils ne veulent pas me baisser parce que, je cite, je suis fragile. J’ai l’impression d’être fragile comme le roc, sauf pour certaines défonces. Et les arrêter serait une bonne chose, en tous cas j’en suis persuadé. Saans forcer, mais j’ai besoin d’avancern là j’ai le sentiment de stagner.

Je me sentirais plus vivant et plus libre. Plus heureux. J’en parle par expérience.

M’en fout, je baisserais tout seul dans mon coin, comme « N », et d’autres. J’attends d’aller mieux (parce que de 40 à 20 je ne suis pas très bien dans l’immédiat). Rien d’insoutenable, mais je serais content quand le plus gros de l’orage sera passé. Je ,remonterais un peu si c’est trop dur, à 30 par exemple.

Je fais du rangement sur mon PC pour gagner de l’espace disque, je ne gagne pas beaucoup a chaque fois mais au final ça devrait faire dans les 100 GO. J’aimerais bien m’acheter un DD externe mais il me manque le nerf de la guerre. Il manque à tout le monde celui-là j’ai l’impression, sauf peut-être à Donald Trump.

Voilà un homme qui me fait peur.

Un petit homme (petit par l’esprit j’entends) avec un ego démesuré, on a déjà vu ça par le passé et ça n’a jamais rien donné de bon.

Le temps passe lentement cette nuit, vivement 9:00 que j’aille au CSAPA. Ca me fera prendre l’air. On est seulement jeudi, vivement le 29 que j’ai mon salaire. Je ne peux rien faire d’autre qu’attendre jusque là. Je ne sais même pas si j’aurais de quoi me nourrir jusqu’à la fin du mois. Sauf si le dieu des tox continue à m’aider.

La nuit dernière j’en ai eu marre de bidouiller pour maintenir mon PC à bout de bras et je l’ai passé en win 10. Ca le ralentit un peu mais c’est plus convivial que win 7.

Et j’ai reçu un mel de Hadopi me disant qu’ils m’avaient grillé (j’abrège). Je me croyais à l’abri derrière mes VPN et autres dissimulateur d’IP, mon cul, ça n’a servi à rien. Ils savaient précisément quand j’avais téléchargé. Je m’en fous, je peux télécharger, il faut simplement éviter les torrents. Enfin, tant que c’est encore possible (de télécharger sur les sites tolérés). Le boulot de Hadopi, c’est pisser dans un violon. Ils ne font que déplacer le trafic. Et qu’on ne vienne pas me dire que ce sont les artistes qui en pâtissent, ce sont les majors qui se servent en premier, et pas qu’un peu.

Autre sujet pour râler : les cigarettes électroniques. A partir du 31 décembre, les parfums ne seront plus vendus que par 10 ml. Moi j’achetais par 1 litre, ce qui me faisait faire des économies substentielles. Je crois que je vais devenir anarchistes et poser des bombes. Bof, Pour ce que ça changerait… Et puis, ce n’est pas en martyrisant des péquins de base que je changerais le monde.

Je serais plutôt du coté de Gandhi que de Ben Laden. Mais je n’ai pas des millions de gens derrière moi, même pas un. Ah si ! Non, pardon, ce n’était qu’un cafard, j’ai cru que c’était quelqu’un au loin qui me faisait signe. Un premier disciple. C’est mieux que rien. Je vais devenir le dieu des cafards qui seront probablement la prochaine race dominante sur terre, longtemps après la disparition des humains. Ils pourront difficilement faire pire que nous…

Mes chattes me boudent en ce moment, elles ne viennent plus près de moi quand je dors. Elles aiment bien changer d’endroit régulièrement. Je les dérange la nuit avec la lumière et le bruit de la musique (dans un casque, ça ne doit pas les perturber beaucoup par rapport à mes ronflements quand je dors). J’ai vu qu’un système efficace avait été mis au point contre les ronflements. Ca ressemble à une sorte de bonnet qui prend la tête et la gorge et empêche le phénomène du ronflement de se produire. Simple et fonctionnel. Ca va sauver des couples.

Pendant une de mes cures, j’étais dans une chambre à deux et mon colocataire m’a enregistré (il ne pouvait pas dormira cause du barouf que je faisais). C’était horrible ! S’entendre faire un tel bruit ! A faire tomber les murs ! Du coup, ils m’ont mis avec un autre ronfleur. Je n’aurais pas cru, mais on ne s’est pas dérangé mutuellement. Ca aurait pu… Je l’ai bien entendu 2 ou 3 fois, mais il me suffisait de me tourner sur ma bonne oreille pour ne plus avoir à le subir. Mon handicap est devenu un avantage.

Si ça pouvait être comme ça dans tous les domaines...

jeudi 24 novembre à 11h49 par klodd dans blasblaseries | # | 17 commentaires

smiley : regular_smile reunionite

 J’ai le blues en ce moment, tout part en vrille faites tourner rien ne va plus.

Aucunes nouvelles du boulot, faut que je m’en occupe avant d’être dépassé par les événements. Il y a un comité qui siège en Novembre, et Novembre c’est maintenant. Le soucis, c’est que je n’ai plus de téléphone (ni fixe ni smartphone), un internet limité (comprendre tellement lent que c’est inutilisable).Pas d’argent pour régler internet d’où l’internet limité.

Je n’ai pas de portable pour faire modem, ni de tv il ne me reste que ce vieux PC dont j’attends la fin avec l’espoir qu’il tienne encore un peu.

Je peux essayer de faire jouer l’assurance de mon portable volé (ce n’est pas une magouille, il a vraiment été volé) Je paie une assurance, autant qu’elle me serve à quelque chose.

 

Au csapa, ils m’ont passé à la moulinette parce que le jeudi précédent j’étais venu au Csapa défoncé aux benzo à 17h00, heure de fin de journée, ce que je n’avais pas réalisé sur le moment.Ils avaient insisté pour que j’aille à l’hôpital et j’avais refusé, ce dont ils n’ont pas grande habitude. Ils sont médecins, plus près de dieu que nous autres pauvres mortels ;Ils ont bien insisté pourtant. Mais je n’avais jamais aimé me faire attacher à un lit. Qu’elle goutte à sa propre médecine.

Je pense qu’ils me l’ont fait payé en faisant cette « réunion » qui avait tout d’un tribunal. Je pense que le médecin veut me voir partir et j’envisage très sérieusement d’aller chez un médecin en ville. Celui qui est mon médecin actuel est très bien, je vais lui demander s’il serait toujours d’accord pour me prescrire de la metha. S’il accepte, banco, j’y vais.

Une infirmière m’a dit, horrifiée et stupéfiée : « comment ? Mais vous aimez les benzo ? »Bien entendu j’aime les benzo, j’aimais l’héro mais je ne voulais pas en crever. Chez tous les toxicos il y a cette antinomie, cette relation amour/haine avec le produit. J’aurais voulu mieux lui expliquer mais une autre personne à balancé son scud et la danse à continuée, avec force écrasement d’orteils (les miens).

C’est comme l’amour : ce n’est pas merveilleux tout le temps, il y a des haut et des bas. Des moment ou l’autre vous énerve, jusqu’à la haine parfois.

Le courant ne passe pas avec ce médecin du CSAPA. La première fois que je l’ai vue, elle compulsait mon dossier, alors que j’étais là, en face d’elle, à 1 mètre. Mais non, elle ne m’a posé aucune question, pas une. C’est quoi franchement ce médecin qui évalue ses patients sur dossier et sans communiquer avec celui-ci qui lui fait face ? Et elle ne l’a pas fait qu’une fois, mais trois, après elle a commencé à parler un peu. Je crois que je ne suis pas le seul à être dans cet état d’esprit.

Ce qui m’ennuie, c’est qu’il y a des gens vraiment bien au CSAPA, je passerais les voir de temps en temps. Ils sont a 20mn de chez moi.

L’autre jour l’interphone sonne, c’était nova. Vu que c’est lui mon voleur de téléphone, je ne lui ai pas ouvert, il était très énervé (un de mes voisins qui passait par là me l’a raconté, ca l’a bien fait rigoler d’ailleurs). Il a fini par passer la porte magnétique, je l’ai entendu dans l’escalier, il voulait me voler et se venger (de quoi ? De l’avoir accueilli chez moi ? De l’avoir nourri quand sa mère l’a fichu dehors (je sais pourquoi maintenant).Il y a des animaux qui cherchent la caresse quand on leur tend la main, et d’autre qui mordent. Nova fait partie de la seconde partie. Mais je ne tendrais plus la main, j’ai eu ma dose.

Je suis étranger à ce comportement qui consiste à confondre amour (ou amitié) à tout ce qui est matériel et financier, Je t’aime, donne moi 100 euros. Si tu ne me donnes pas 200 euros je ne ferais plus l’amour avec toi. Valentina était comme ça, il y a vraiment des gens infréquentables qui ont fait un passage à l’institut. Dont moi, arf.

On devrait avoir comme dans certains antivirus un « malveillants detectés ».Il n’y a plus qu’à les éradiquer. Allez Mr Propre, au boulot !

Hier soir j’ai essayé de téléphoner à mon père, avec le portable d’un voisin présent, mon père à carrément refusé de me dépanner de 50€, j’avais honte que le voisin ai vu ça. Mais aujourd’hui, sonnerie d’interphone, c’était mon père qui venait pour faire des courses histoire que je ne meure pas de faim. Il s’est donc bien démerdé. Mais il s’est mis lui aussi dans la tête que je devais me mettre en curatelle. Il faut que je vérifie, mais la curatelle simple n’est pas trop contraignante, contrairement à la curatelle renforcée et surtout à la tutelle. La tutelle est pour les gens n’ayant plus leurs moyens intellectuels, ou très âgés etc. Ils sont 5 ou 6 à vouloir me faire faire ci ou ça, il n’y a plus qu’à choisir. Et moi, on me le demande mon avis , Que nenni.Quand j’entends toutes les conneries que je dois ouïr alors que tout ce que je veux c’est baisser et arrêter la metha. Je ne demande pas grand-chose bordel. Mais même ça, je ne peux pas le faire seul, il faut un médecin et tout un contexte de soins. Je comprends pourquoi, les dérives possibles sont nombreuses. Mais rien de tout ce binz n’empêche une rechute : quand ça doit arriver, ça arrive point barre.

Petite histoire datant de ce week-end : au CSAPA ils me donnent la journée de jeudi à prendre devant eux (c’est tout juste su ils ne font pas une fouille au corps) et ils me donnent 3 cachets de metha de 40mg pour le week-end et le jour férié.Le samedi matin, je cherche ma metha pour prendre mon comprimé du jour : rien, rien de rien, pas de metha à l’endroit ou je la met habituellement. Le CSAPA est fermé, aucun espoir de ce coté. Je n’avais plus de thune si l’envie m’avait pris de chercher dans la rue (ce qui m’étonnerait fort, plus ça va plus j’ai en horreur de la rue, de ses sois-disant « loi », qui n’est qu’une grosse éponge pour aspirer le fric des petits. Bref)

Restait l’option « N » qui m’aurait dépanné mais ça m’emmerdait de me taper 2 h de transport en commun juste à cause d’une connerie de ma part. (je ne sais toujours pas ce qui s’est passé : j’ai pu prendre 2 gélules d’un coup, ou les chats ont pu jouer avec (celle là m’étonnerait beaucoup) Ou en prendre une, ne plus y penser et en reprendre une, bref, tout est possible, tout est réalisable, c’est le jeu de la vie.

Donc, samedi pas terrible mais comme la métha à une demi-vie très longue, le manque ne vient que lentement. Dimanche plus dur mais encore supportable et lundi, miracle, je retrouve une gélule dans un tiroir.Fin du manque, mais ça m’a fait réfléchir, pendant deux jours je n’ai rien pris et à part une certaine gêne (ou une gêne certaine?) Du coup,la je suis passé de 40 à 20 depuis lundi ou mardi, sais plus. Je suis un peu courbaturé, mais pas plus que si j’avais couru un peu ou repris le sport après un long arrêt. Je vais essayer de continuer ça et faire peut-être comme Nath qui a prit moins que ce qui lui était prescrit. Elle a arreté toute seule en se contituant un stock auquel elle a eu la sagesse de ne pas toucher. J’en avais un gros carton moi aussi, jusqu’au jour ou je me suis dit « tiens, et si j’en prenais un peu pour voir ? Fin des haricot, Berezina, tragédie grecque. Avec un peu de pathos comme cerise sur un gateau.

Le truc, me concernant pour me procurer la metha, c’est de ne pas se faire griller par une infirmière, comme cette fois ou une infirmière me voit mettre la gelule sur le coté de ma joue, elle y a cru (les tox doivent avoir un dieu eux aussi) quand je lui ai dis que j’aimais le goût (alors que c’est parfaitement dégueulasse). Suite à ce coup de chaud, elle me surveille un (tout petit)peu moins. Mais j’ai une technique qui doit ressembler à celle des hospitalisés ou des prisons et que j’ai bien rodé avec le temps. Mais je ne compte pas faire de stock, chat échaudé...Soit je les redonnerais au CSAPA ou dans une pharmacie, mais pas à un clampin qui risque d’y rester par méconnaissance. C’est arrivé un jour il y a un an environ que je ramène une boite au csapa, sois-disant perdue (en fait si, encore une boite qui à disparue) et que j’ai redonné au CSAPA à ma prescription suivante. Ca a bien emmerdé l’infirmière qui ne savait pas comment faire pour intégrer cette metha dans leurs stock, qui est comptabilisé chaque soir. Si j’avais su ça avant, je ne l’aurais jamais redonnée, parce que ils s’en foutent, tant qu’ils ont leur stock intact tout va bien.

Voilà, toutes ces salades pour dire que je suis à 20 mg au lieu de 40 avant, et j’en suis vraiment content. En baissant, j’ai l’impression de faire quelque chose de bien, de constructif. Synthèse, antithèse, diocèse. Euh, non, épilogue quoi.

jeudi 17 novembre à 07h03 par klodd dans blasblaseries | # | 8 commentaires

smiley : regular_smile passé simple

 Ca fait depuis le 03/10 que je délaisse les blogs, total manque d'inspiration.

Niveau metha, je suis ok depuis un bon moment (j'attaque la 4° semaine pour être plus précis), pas de dépassement de dosage ni de yoyo dans la conso, que ce soit metha ou medoc. Vendredi et samedi gros craving que j'ai traîné toute la journée, heureusement qu'il n'y a rien comme défonce chez moi parce que j'aurais craqué à coup sur. Je ne suis pas sorti, je n'ai appelé personne, le soir ça allait mieux, j'espère que j'y échapperais aujourd'hui. C'est même curieux que ce ne soit pas arrivé plus tôt. Je pense que c'est parce que la cure a joué.

Cette semaine, j'ai surtout vu Papou, il était toujours sous benzo, ce n'est pas flagrant chez lui, sauf quand il se met à piquer du nez, ce qui arrive souvent. Je l'ai même pris en photo un jour ou il est resté 2 heures dans le potage. Je ne sais pas ce que ça donnera dans dix ans. Pour l'instant ça va, mais ça ne durera pas. Surtout que son péché mignon c'est la CC, la coke. Il y a pire, mais psychologiquement c'est une vraie merde. Il n'empêche qu'il y a régulièrement des OD, que ce soit du à la coupe ou directement au produit. Ca ne change rien au résultat.

Papou le tentateur.

Ca me rappelle je ne sais plus quel humoriste qui avait fait un sketch (ou c'est une chanson, je ne sais plus) avec les poux, les papa poux, les papous, les papa papous, les papa papous sans poux, pas à papa poux et ainsi de suite. Car il y a aussi le poul du papa papou pas à papa poux. Il faut le savoir.

Je reviens juste du CSAPA ou j'ai pu discuter un peu avec une infirmière, quelqu'un de vraiment bien, une de mes très rares attaches aux gens normaux cleans (avec vous et quelques autres, pas beaucoup). Les gens dits « normaux » pensent tout savoir sur la question et juge très vite. C'est plus facile avec les anciens tox.

L'infirmière m'a dit souvent que le cerveau est une chose merveilleuse, parce qu'il n'oublie rien. C'est un des soucis avec la défonce, parce que ça revient à bidouiller la chimie de son cerveau et que c'est une activité à haut risque. Mieux vaut réserver les bidouillages à l'informatique.

Je viens de passer 2 jours à regarder les 6 films d'une heure sur la 2° guerre mondiale et les 2 films sur la première, la folie des hommes est sans limites dans la boucherie, la sauvagerie et la violence aveugle. Quand les états s'en mêlent, la vie humaine n'a plus aucun poids. Pogroms, ghettos, shoah par balles ou par gaz, la vie n'a aucune valeur.

Lors de la première guerre mondiale, les obus tombaient drus et déterraient les cadavres inhumés en les mêlant à la boue des zones de combats. Les soldats survivants marchaient dans ce mélange de terre meuble et de chairs putréfiées déchiquetés en petits morceaux. Tout simplement horrible.

Comme si les hommes n'avaient pas assez souffert de leurs pulsions violentes, il a fallu que les microbes s'en mêlent et la grippe espagnole a tué plus d'hommes en 1919 que la guerre en 4 ans. Terreau fertile pour le national socialisme et les haines en tout genre qui ressurgissent, notamment quand les temps se font durs, l'antisémitisme entre autres. S'il y a un dieu, il est sadique. S'il nous a fait à son image, il est loin d'être parfait comme le prétendent les fanatiques de tous bords. Tous s'imaginent être dans le camp des gentils et pensent qu'en face sont les méchants, c'est presque aussi caricatural que ça, on se trouve facilement des raisons de tuer au nom d'un intérêt supérieur. La religion, la politique, et souvent l'argent, bien qu'on prétende le contraire. Lavage de cerveaux, propagande, je ne regarde plus les infos depuis des années, j'en avais marre d'être manipulé, et dire qu'il y a une liberté de la presse, c'est à mourir de rire, à défaut de mourir pour une autre raison.

Moi je ne fais de mal qu'à moi-même, et même ça c'est très mal vu, sinon interdit. Il faut voir les services de psychiatrie dépassés par les suicidés (tentatives de...) on n'a pas le droit de disposer de sa propre peau. Camisole chimique, avant il y avait les camisoles de forces et l'electrothérapie, qui a été remplacée par la chimie de petites pilules à bonheur. Et dire qu'on m'a montré du doigt parce que j'étais soupçonné de me défoncer. Pathétique. On éduque les médecins à user de médicaments pour lutter contre les désordres de l'esprit, je n'ai pas fait autre chose depuis trente ans, mais je me suis mis dans l'illégalité à cause de ça. C'est du passé maintenant, mais c'est encore présent pour moi. Je suis aujourd'hui un toxico socialisé et médicalisé. Je prends de la methadone (entre autre, un des opiacés autorisés par la loi dans certaines circonstances), un antipsychotique, un anxiolytique, tout ça peut être détourné, mais il n'y a pas d'autre choix pour la médecine. Les médecins et les pharmaciens se font ainsi les dealers étatisés et contre leur volonté de la défonce. La guerre contre la drogue est perdue, certains états des USA ont dépénalisé le beuh, projettent d'autoriser son usage récréatif en 2017, ce n'est pas motivé par le soucis légitime de la santé des usagers, mais bien par l'argent. C'est ainsi que les guerres se gagnent.

La première salle de shoot de France s'est ouverte dans le 10° arrondissement à Paris, encore la proie de médisance bien qu'a yant fait ses preuves pour la RDR (Réduction des Risques) poussés par l'action de toxicos militant qui ont compris que s'ils ne le faisaient pas par eux-+mêmes, personne ne feraient rien pour eux. J'en ai déjà parlé par le passé, désolé s'il y a redite, mais je suis choqué par les nombreux amis que j'ai perdu à cause du SIDA à la fin des années 80 et au début des années 90, pas de seringues en vente libre, il y avait des pharmacies qui, sous prétexte de ne pas servir de dealers, refusaient d'en vendre, permettant ainsi au virus de contaminer davantage de personne. Il y a eu le scandale des transfusés, un peu moins de 500 victimes si je me souviens bien, quand au nombre de toxico qui ont passé l'arme à gauche à cause du SIDA, personne n'en sait rien car tout le monde s'en fout, tant mieux, qu'ils crèvent, et en silence SVP.

L'ASUD (Auto-Support des Usagers de Drogues) ouvre sa gueule, ils ont un site internet avec un forum, des blogs, une bonne documentation, et des gens prêt à se mouiller pour défendre les petits toxicos pour défendre ceux qui autrement, n'auraient que la solution de sombrer dans la déchéance sans intéresser personne. J'ai la haine contre ceux qui savaient. J'ai commencé à nettoyer mes pompes à l'eau de javel quand je n'avais pas d'autre solution (la vente des seringues n'était pas libre et les soins par substitution n'était qu'un beau rêve), je m’intéressais à la santé et j'avais entendu parler de la maladie par Science et Vie je crois, et dés 85-86 je nettoyais toutes mes pompes, ce qui m'a certainement permis d'échapper à la contamination, car j'ai utilisé les pompes d'un ami qui est mort maintenant, de la maladie. Mais l'eau de javel ne tue pas le virus du HVC qui est une vraie saloperie, point de vue temps de contamination (15 jours contre 1 a 2 jours pour le DAS). Je ne parle pas de la maladie elle-même, qui tue. Ca fait trente ans que j'ai le HVC, le traitement était trop cher (encore les sous) pour être délivrée à tout le monde, je parle des nouveaux traitement par voie orale, donc fait exceptionnel, un comité de médecins décidait quels cas étaient assez graves pour mériter d'être soignés. Les cancers non metastasés, les SIDA, les cirrhoses, les cas vraiment graves autrement dit. Moi, on m'a dit de faire un bilan tous les deux ans et de « surveiller ça de près » Il faut le vivre pour y croire. A quand les pays en voie de développement y auront-ils accès d'après vous ? Ce n'est pas demain la veille.

Oui, j'ai la haine contre ces médecins qui font peut-être de leur mieux (pour certains j'en suis convaincu) mais c'est bien peu. Les mentalités ne changent que très lentement, et la France est en retard sur la politique de soin des tox, par rapport à d'autres pays d’Europe. C'est triste à en mourir, et pour mourir, ça y a pas, on meurt. Dans des conditions atroces. Il y a pire, c'est sur, mais ce n'est pas une bonne façon de voire les choses que de se contenter de dire « il y a pire » et autres « ils l'avaient bien cherché ».

D'autres pays ouvrent la voie, et les politiques qui marchent sur des œufs avancent lentement et précautionneusement sur des voies balisées, se gorgeant de « notre système de santé est le meilleurs du monde » ben merde, c'est faux. Faites attention à qui vous dit quoi dans les informations dont vous vous imprégnez.

Bon, je vais vous laisser car quand je suis lancé je n'arrête plus. Il faut laisser le passé dormir en paix et retrouver la zen attitude...

mardi 25 octobre à 13h47 par klodd dans blasblaseries | # | 8 commentaires

smiley : regular_smile Nova suite et fin ?

 Finalement, les choses se sont bien arrangees pour Nova.

Il s'est pointé chez moi comme une fleur, sourire aux levres. La première chose qu'il m'a dite, c'est "je ne suis pas en taule !". J'avais cru remarquer.
Il a bien planté le type, mais n'a touché que du muscle. Comme c'est un gars avec un lourd passif, les flics n'en ont pas autant fait une affaire d'importance que si ça avait été un bourgeois bien né. C'est ça la justice.
Nova était content, il tenait à m'annoncer la nouvelle, il n'est pas resté, je lui ai dit qu'il n'était pas pardonné.
Je lui ai conseillé de ne plus porter d'arme, quelle que soit sa couleur, pour autant qu'elle en ai une. Oui, oui, bien sur. Cause toujours.
L'alerte était sérieuse pourtant. Il a eu vraiment peur.
Il est si jeune, si insouciant.
Bon, tant mieux pour lui, ca m'aurait ennuyé qu'il se retrouve au trou des maintenant.
mercredi 05 octobre à 11h22 par klodd dans blasblaseries | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Stef et le new deal

 Je suis passé au CSAPA mercredi matin, vu le psy Olivier et le médecin le Dr Spock (je ne donnerais pas son vrai nom, histoire de préserver le secret médical… Auquel je n'ai nul besoin d'obéir).

Rien de particulier, sinon que le médecin à remis sur le tapis l'idée d'une cure au long cours, avec sevrage de la metha, persuadée que l'idée provenait du médecin de l'institut. Ils se repassent tous la balle, ce serait plus comique que tragique, surtout si ça concernait un autre que moi. Ils trouvent tous que c'est une très bonne idée, moi je trouve que c'est à chier. Si je les écoute j'en serais à ma troisième cure de suite. Faudrait qu'ils se renouvellent un peu. Tant que ce n'est pas eux qui sont concernés c'est une bonne idée. On peut dire ça comme ça.

Bref, moi je reste accroché de toutes mes forces à la cure ambulatoire. J'en ai vraiment marre d'être de la viande à cure, infantilisé, cocooné, règlementisé, interdit de prendre trop d'initiatives, sans liberté en résumé. Je pense que ce serait une bonne solution si ils m'écoutaient, ce qui n'est pas le cas.

Ca a été un vrai soulagement de pouvoir rentrer chez moi, de pouvoir faire (à peu près) ce que je voulais quand je le voulais. Sauf me défoncer. Avec un bémol.

Le seul hic, c'est que Stéphane passe chez moi pratiquement tous les jours. Il fume (ce qui m'est égal) et picole (idem sauf pour son haleine, qui me dérange).

On ne peut pas tout avoir…

Mais bon, j'aimerais avoir un peu plus souvent des jours sans le voir. Ca me ferait de l'oxygène.

Mon père est passé hier, lui a ressorti une vieille idée : la curatelle. Je sais que c'est parce qu'il s'inquiète pour moi après son « départ » comme il dit, vu qu'il a 85 ans. Il ne s'est pas vraiment renseigné, j'en sais plus que lui. Je lui ai expliqué les différence entre curatelle, curatelle renforcée et tutelle. Du moins contraignant au plus astreignant.

 

 

dimanche 18 septembre à 11h12 par klodd dans blasblaseries | # | 7 commentaires
Précédent : Ou sont les trois yarks ?
 
Hébergé par karmaos.com