Accueil

smiley : regular_smile SDF

 Le 16 j'ai rendez-vous avec toute l'équipe suite à la lettre que j'ai fait aux infirmières. J'en ai parlé dans un post que je n'ai pas publié, pour résumer j'ai écris un mel aux infirmières du CSAPA, qui m'ont demandé si elles pouvaient le faire lire aux autres personnes du CSAPA et de fil en aiguille, tout le monde s'est monopolisé pour se voir ensemble en réunion. Je devrais être flatté qu'on m'accorde tant d'importance, mais pour tout dire, ça me fout la trouille plus qu'autre chose. Je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangé. A part répéter ce que j'ai écris dans le mel, je ne vois pas bien quoi rajouter. Ca risque d'être du réchauffé. Ca ne sert à rien de se mettre la rate au cour-bouillon. Je verrais bien ce qui en sortira à ce moment là.

Demain j'ai un RV avec une assistante sociale de l'administration, on fera le point.

J'ai rencontré un SDF Thierry très gentil, pas du tout agressif dans sa manière digne de faire la manche, je lui ai donné quelques pièces et une couverture quand il faisait vraiment froid. Il dort dans une tente dans les bois au-dessus de la ville. Il a demandé une couverture à la croix rouge, mais ils ne sont pas très réactifs. Il ne faut pas que je laisse les élans du cœur l'emporter avec lui, je ne dois pas l'inviter chez moi alors que je le connais à peine. J'ai de la place pour une personne chez moi, mais ça ne fera que m'attirer des ennuis. Je connais la musique. Ce n'est pas à moi de prendre en charge cet homme, aussi gentil et honnête soit-il.

vendredi 13 janvier à 05h16 par klodd dans blasblaseries | # | commenter

smiley : regular_smile fourre-tout

 Voilà, j’ai fait mon passage matinal au CSAPA, je suis en forme (en forme de quoi ? En forme de Klodd je crois), normal, bien que ce mot soit indéfinissable, inapplicable du moins.

Je pense souvent à Fleurdatlas et DJM, en leur souhaitant meilleure santé et le moins possible de stress.

Khalil a fini par faire ses valises au bout de 5 jours au lieu des 2 prévus initialement, mais il a été de bonne compagnie (surtout parce qu’il piquait du nez tout le temps). Il brillait par son silence. Je ne sais pas exactement ce qu’il sniffait, acétone ou trichlo, bref une belle saloperie. Le genre de merde que je sniffais à 15 ans parce que je n’avais pas une thune. J’ai rapidement arrêté pour passer à des produits plus récréatifs. Et plus cher. Il y aurait beaucoup à en dire, mais ce sera pour une autre fois.

Je réessaye de passer à 20mg de metha, je l’avais déjà fait (de 40 à 20) mais c’était vraiment trop dur et je n’avais pas assez de motivation. Je verrais si cette fois ça ira mieux. Je ne veux pas me faire violence. Et je demanderais au médecin de me passer à 35mg, j’aurais un panel de gélules plus adapté à mes besoins(1 gelule de 20mg, une de 10 et une de 5mg). La ça fait depuis noël que je suis passé de 30 à 20, c'est moins difficile, et pour l'instant ça va. Un peu laborieux le matin, mais ensuite en journée ça va. Il m'est arrivé 3 ou 4 fois de reprendre 40, plus par besoin psychologique qu'autre chose, mais dans l'ensemble je tiens la route.

Je dois voir le médecin, jeudi je crois. Ou lundi. Il faut que je regarde mon agenda. Avec ma mémoire de poisson rouge ça m’est bien utile.

Sauf quand j’oublie que j’ai un agenda, ou que je ne me souviens plus où je l’ai mis. J’exagère un peu, mais à peine.

Hier soir papou m'a rendu visite, puis le temps passant il est resté dormir chez moi. Il continue à ronfler joyeusement à l'heure ou j'écris ces mots. Est-il possible de ronfler joyeusement ? Peut-être pour Joyeux, un des sept nains, mais pour un être humain de base ?

En ce moment je replonge dans des souvenirs tristes ou joyeux avec ma mère avant sa maladie. Elle avait l'humanité qui fait défaut à mon père. Personne n'a toutes les qualités... C'était souvent la guerre entre nous, pendant mon adolescence, mais avant et après ça se passait plutôt bien. Elle m'a bien dépanné à certaines occasions. Mon père montre son amour avec son argent. Ma mère le faisait par ses actes. Moi je suis entre les deux. Avec une préférence pour les actes. Qui ne seront jamais remplacés par l'argent.

C'est incroyable ce que je raconte comme platitudes. Il n'y a pas un master of banalités ? Je serais qualifié ! Voir major.

On est déjà le dix, je ne sais plus quand j'ai commencé ce post mais ça fait au moins depuis le 27/12/16. Je n'ai pas la motivation pour écrire. Papou est encore là, encore en train de piquer du nez, ce qui me permet d'écrire en écoutant de la musique (U2- ZZ top). De temps en temps il ouvre une paupière, on échange quelques mots puis la paupière se referme et je me remet à écrire. Pas du genre à s'énerver. Je préfère encore ça aux nervis qui s'excitent, parlent fort, brassent beaucoup d'air et sont gênants plus qu'autre chose.

Ma chatte Misti repère les nervis à 3 km et va se cacher dans la chambre. Elle ne les supporte pas. Elle détestait Nova, qui le lui rendait bien. Ces deux là ne pouvaient pas se voir. Nova voulait (pendant un temps) avoir un chien d'attaque, mais il s'y prend comme un manche avec les animaux. L'imaginer possédant un de ces chiens qu'on dresse à l'attaque me hérisse le poil. Ce serait un désastre.

De toute façon, n'importe quelle arme entre ses mains est potentiellement une catastrophe.

J'ai essayé de lui inculquer ma philosophie (pas d'arme, pas de problème) mais sans grand succès.Quand j'avais 22 ans, je suis passé devant le juge pour port d'arme de 6° catégorie, un 9mm grenaille, ça m'a calmé, je n'ai plus jamais porté d'arme, blanche ou à feu ou de quelque sorte que ce soit. J'ai pris 2 mois avec sursis, peine très légère due à ma récente intégration dans la police. Si ça avait été plus tôt ou plus tard, je n'aurais pas eu mon boulot, mais les étoiles se sont alignées pour moi ce jour là. J'ai eu le cul bordé de nouilles si vous préférez cette expression.

J'aurais pu réagir à l'inverse et me mettre à porter 2 guns au lieu d'un. Il y en a qui se sentent forts de cette façon. Ce n'est pas mon cas.

J'ai été braqué 4 fois ça aussi ça calme, d'où le pistolet, j'ai changé de coin et de connaissances. Mais c'est quand j'ai déménagé que les choses se sont vraiment améliorées point de vue défonce. Pas loin (15km) mais ça a suffit. Et à l'époque, je fuyais les ennuis, je ne les cherchais pas. J'avais déjà fais le plus gros de mes galères là-bas et tentait de sortir la tête de l'eau. Et ça a fonctionné, pendant une dizaine d'années.Jusqu'à je me mette à taper dans mon stock de metha il y en avait une grosse caisse, qui n'a pas duré longtemps. Au début, je la donnais à N qui démarrait son propre traitement et avait peur d'être sous dosée, elle a allègrement tapé dans mon stock, et moi je me suis mis à en faire autant, avant de mettre au point d'autres stratégies pour en faire un mesusage. Voila un mot que les médecins apprécient, au lieu de dire « il en a pris trop », ils disent « il en a fait un mesusage ». Ca sonne tout de suite plus classe. Enfin, chaque métier à son langage. Quand je commence à parler un peu informatique, il y a des gens qui sont totalement largués. Et il n'y a pas à tortiller : un chat est un chat, pas un chien, les mots ont un sens et en désigner un par un autre est la marque d'un esprit faussé, ou inculte. Comme Perceval et son acolyte. Cf Darck Crystale.

Il est 15h30, Papou s'est réveillé pour manger. Il est très doué pour ça. Ce qui m’embête, car je n'ai que très peu de moyen, et ce qu'il dévore ne va pas dans mon estomac, qui a régulièrement besoin d'être alimenté, lui aussi. Quand il amène son déjeuner ça ne me gène aucunement, mais quand il tape dans mes maigres stocks, ça me pose problème. Je ne vais plus me nourrir que de pâtes, ça réglera la question.

Rien de tel pour dégoûter quelqu'un qu'un régime de pâtes nature, avec pour seul assaisonnement du sel et du poivre. Ou pire : sans rien. C'est dégueulasse. Dans la série : j'ai testé pour vous...

Papou vient de partir, avoir quelqu'un qui dort à coté de vous n'est pas très stimulant. Et puis je n'avais qu'un écouteur, au cas ou il m'aurait parlé, mais là je vais pouvoir mettre la musique à fond, yeah.

Demain, rien de prévu, le 12 j'ai une réunion au Csapa avec l'assistante sociale de l'administration. Le 16, bis répétita, et il faut que je vérifie si je n'en ai pas d'autre autour de ces dates. Je note ces RV sur des petits cartons jaunes du CSAPA mais je ne pense pas toujours à les consulter. Très utile. A se demander si je n'ai pas perdu un des trois neurone qui me restait.Ce qui me mettrait au niveau de Khalil, la honte.

Dire qu'il était brillant avant l'alcool et autres saloperies qui l'ont mis à genoux. Quel gâchis. Le voir aujourd'hui comateux son chiffon imbibé de saletés chimiques sous le nez, c'est affligeant. Il y a quinze ans, c'était le roi du quartier. Aujourd'hui, se sachant condamné il s'autodétruit avec application.

J'en ai vu d'autres faire ça, notamment quand les premiers séropositifs ont été découverts. C'était alors une condamnation à mort, comme le cancer fut un temps. Les séropo de l'époque se jetaient à corps perdu dans la défonce, avec l'idée que le combat était perdu d'avance. Quand on perd l'espoir, on ne lutte plus. Ca m'est arrivé aussi mais j'ai eu la chance de rebondir, en évitant les cases prison et sida. Encore la chance... Et aussi, il faut bien le dire, une certaine prudence qui m'a évité des tas d'ennuis.

Hier deux collègues sont passés, pour voir si j'étais encore vivant. En fait, mes arrêts maladie d'un mois vont du 27 au 27 du mois suivant, et là je ne m'en étais pas occupé, mea culpa mea maxima culpa. Donc hier, l'assistante sociale du CSAPA m'a dit de m'en occuper au plus vite, avant que des collègues débarquent pour me notifier un abandon de poste, ce qui m'aurait coupé de mon poste avec tout ce qui va avec, droits, salaire etc. Ce qui fait que quand mes collègues sont arrivés, j'ai eu peur d'avoir réagi trop tard. En fait, hier après mon passage au CSPA je suis allé aussi sec chez le médecin, j'ai rempli les papiers et les ai posté vers 12:00, mes collègues sont passés vers 14:00, l'alerte a été chaude. C'est mon coté autodestructeur qui se manifeste je pense.

J'ai beaucoup de mal avec les démarches administratives, je laisse les choses aller jusqu'à ce qu'elles me retombent dessus. En éclaboussant. Beurk.

En plus, ça coûte cher.

Il faut vraiment que je creuse la question, parce que je ne sais pas où part tout mon argent en début de mois. Il y a là un vrai problème. J'ai réussi à récupérer de petites sommes, 20 à 40 euros, mais ce n'est pas assez. Il y a des choses que je ne m'explique pas, comme ce que me coûte ma facture de téléphone portable (+ou- 150€, et 180 il y a peu), c'est beaucoup trop. Je vais essayer de faire descendre ça vers 60 €, ce qui serait encore beaucoup mais pas les factures affolantes que j'ai actuellement. Il faut que j'épluche tout, c'est décourageant. Il va falloir que je m'y colle si je ne veux pas passer pour un abruti devant une assistante sociale. J'ai déjà donné.

Le vrai problème, c'est que je me fous de l'argent. Alors que c'est important, il ne faut pas se débarrasser du problème d'un haussement d'épaule. Moi, tant que j'ai un toit, de quoi me nourrir et m'occuper, je me sens bien. Alors que mon comportement pourrait me coûter mon logement et mon petit salaire. Il faudrait que j'arrive à me reprendre. Pendant des années ça allait bien, mais entre l'alcool et le chit, ça revient cher, à plus d'un titre. C'est en partie à cause de ça que je me suis mis en surendettement. Il y a eu d'autres causes, mais bon, on ne réécrit pas le passé.

Encore une belle ânerie ça, on ne réécrit pas le passé. Bien sûr qu'on le réécrit, tous, plus ou moins. Les historiens eux-même se prennent le bec sur des points de détail comme sur des événements majeurs, on est en désaccord sur des choses qui sont arrivées dix ans plus tôt, que dire quand il s'agit de siècles ? Et à titre individuel aussi, on embellit ou on enlaidit les événements selon ce qui nous arrangent. Ce n'est pas du mensonge, mais des tours que nous joue notre inconscient. Ce petit sacripant.

 

mardi 10 janvier à 18h57 par klodd dans blasblaseries | # | commenter

smiley : regular_smile roman, Troll, hepatite

 

Pour mon roman, je pense que je vais mettre en avant un homme d’un certain âge et gravement malade qui revient sur ses souvenirs. Ca n’a rien d’original, c’est du déjà vu, je vais y mettre toute la tendresse de cet homme pour ceux et celles qu’il a aimé et qui l’ont aimé (ou pas) en retour. Ca devrait donner un ton original et chaleureux.

Je vais puiser dans mes propres souvenirs et mon imagination, et faire du romancé pour tout ça. Ca me trotte dans la tête depuis quelques semaines/mois. J’avais d’autres idées, qui pourraient être intégrées au roman, et là encore j’essaierais d’être original. j’ai horreur de tomber sur du réchauffé. J’essaierais de ne pas tomber dans ce travers.

Et je n’ai trouvé certaines de mes idées nulle part, ce qui ne signifie pas qu’elles soient uniques, mais me donne une bonne chance de faire du nouveau. A bas le plagiat.

Il faut que je commence, que j’amorce la pompe, et le reste suivra. J’ai tout le temps du monde ou presque, donc je vais essayer de faire quelque chose de bien léché. Et user sans réserves de l’humour, sans donner dans le burlesque alors que cet homme est dans une situation difficile, mais il doit avoir la force de faire du second degré, c’est sa façon de lutter contre la maladie. Garder le sourire malgré la souffrance et l’inquiétude des proches. Enfin, c’est comme ça que je le vois pour l’instant, je verrais bien comment ça sort. Si ça se trouve, je le ferais parler via un blog, un diairy, je ne sais pas encore. Les possibilités sont innombrables. Ca peut aussi être une relation épistolaire.

Je pense que ce sera un genre de lettre d’amour sans réponses. C’est en m’y attaquant que je verrais si je fais fausse route ou si l’idée est bonne. Je devrais peut-être m’y prendre à plusieurs reprises, et changer d’idée. Ce n’est pas figé dans le marbre. Au contraire.

Enfin, voila pour les grandes lignes du projet. Vous me direz si ça vous inspire quelque chose…

J’ai aussi d’autres idées, celle d’un homme qui a le pouvoir d’agir sur la gravité, mais là on tombe dans la Sf et aussi, dernière idée qui peut être mélangée aux premières, mettant en scène des personnes pluripotentes ou totipotentes, c’est à dire qu’elles ont des cellules souches, guérissent de n’importe quelle blessure et sont immortelles. A voir. Si je mélange tout ça ça fera une drôle de mixture, mais bon, qui ne tente rien…

Hier j’ai eu un appel de Troll qui vous salue chaleureusement. Il n’a plus son mot de passe karmaos mais a de toute façon de grandes difficultés à utiliser son clavier du fait de sa maladie. Qui ne s’arrange pas. Il reste pudique là-dessus et je serais un gougnafier d’insister.

Sinon, depuis la semaine dernière, à part vendredi, je suis stable à 30mg. Je vais essayer de m’y tenir encore 2 ou 3 semaines, puis je descendrais à 20mg. Quand je le sentirais et que je serais motivé. Motivé, je le suis déjà, mais à vouloir aller trop vite je risque surtout la gamelle.

Je n’alimente plus « methafeeling » car ce que je pourrais y raconter est totalement redondant : « aujourd’hui j’ai pris tant ; hier j’avais pris tant » et ainsi de suite ad nauseam. Sans intérêt. J’en parle une fois de temps en temps dans ce blog ci.

Incroyable l’énergie que ça pompe, il n’y a pas un jour qui passe sans que j’y pense. Même si je ne le veux pas, j’y suis obligé vu que je passe au CSAPA tous les jours. C’est omniprésent.

Je vais passer Noël avec mon père et le nouvel an avec Paco. On se fera un petit repas amélioré sympa et on prendra plein de résolutions qu’on tiendra. Ou pas. Tant que la motivation est là il y a de l’espoir.

Paco est passé par la case « hôpital de jour » et mais son abstinence est chancelante. Par contre, il a décidé (à la moitié de son cursus) qu’il ne ferait pas informaticien mais autre chose. Pour moi c’est du gâchis mais bon, je ne suis pas à sa place. Il recommençait à devenir agressif et violent verbalement, l’alcool ne lui réussit pas du tout. A personne me direz-vous, simple question de degré. Il s’est mis en tête d’acheter une arme à feu, heureusement personne ne veut lui vendre, il serait capable dans un moment de délire de tirer sur quelqu’un. Juste comme ça.

Mon téléphone, qui est un bas de gamme, est vraiment nul pour la connexion internet. Ca mouline à fond, ça rame, et il faut faire avec et garder patience. Avec Karmaos ça va encore, mais pour faire du streaming ou du téléchargement il ne faut pas y compter.

Je ne sais plus si j’en ai déjà parlé sur le blog, mais hadopi m’a grillé pour la seconde fois pour téléchargement de torrents. Je n’ai plus qu’à arrêter définitivement. Ce qui m’emmerde, car c’est là où il y avait le plus de  choix. La gendarmerie est entrée chez les administrateurs de « super-téléchargement », à clôturé le site et enfermé les deux principaux acteurs de ce site qui était le 11° site français en terme de popularité. Un peu moins de liberté autrement dit. De moins en moins.

Il y a de moins en moins de sites gratuits, chacun veut faire son beurre et c’est l’utilisateur lambda qui en fait les frais. Ça me met en colère.

A coté de ça, je reçois pléthore de pub pour faire du fric facilement, pour mettre à niveau votre PC soit disant vérolé et j’en passe. J’oublie les sites de rencontre comme si toutes les femmes ne rêvaient que de baise d’un soir, en faisant de la pub pour elles en dessous affriolant. Très naturel. Je ne connais pas une seule femme qui ai ces appétits, qui se balade chez elle en culottes de dentelle et soutient gorge gonflant. En peignoir ou robe de chambre, oui, mais autrement, non. Je ne dois pas connaître les bonnes. Enfin, façon de parler. Je crois qu’il y a davantage de robots et d’hommes que de femmes à se démener sur le clavier pour convaincre des naïfs comme moi.C’est une façon très agressive d’aborder la sexualité. Prédatrice.

J’héberge pour deux jours un mec que je connais depuis longtemps, mais de qui je n’ai jamais été spécialement proche. Il doit aller voir des appart demain, et si il trouve son bonheur il emménage direct. De toutes façons, je lui ai dis en insistant, pas plus de deux jours. Il a une cirrhose, et un cancer du foie, difficile avec lui de faire la part du vrai et du faux. Ce qui est certain, c’est qu’à chaque fois que je le vois il a une bière à la main. Il a le foie en F4 (l’état du foie est évalué de F0 à F5, F0 étant le plus sain et F5 le plus grave), moi je suis en F0, par je ne sais quel miracle et j’ai une charge virale assez faible. J’ai eu aussi une hépatite B dont j’ai guéris, je n’ai plus que les anticorps. Encore un coup du dieu des toxicos, ce petit sacripant. Il joue avec nous avec la carotte et le bâton, pour des motifs aussi obscurs que ses méthodes.

Bref, je ne vais pas m’en plaindre. Le seul truc un peu gênant, c’est que pour traiter une hépatite C il faut être au moins en F2, donc je suis exclus du club des prétendant aux soins de l’HVC. Je suis en trop bonne santé. C’est comme l’APL, je ne peux pas y prétendre car je suis trop riche. Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. L’année prochaine je déclarerais moins pour les impôts, ça me fera peut-être changer de catégorie.

Enfin, je vous envoie chaleur, tendresse et amitié

 

mercredi 21 décembre 2016 à 10h40 par klodd dans blasblaseries | # | commenter

smiley : regular_smile projets et espoirs

 

Je commence à tourner en rond, ce qui est chez moi un mauvais présage, car ça m’amène généralement des cravings. Au pire, je reprendrais une petite quantité de metha, mais j’aimerais éviter autant que possible. J’essaye de rester stable, en bon petit élève obéissant (hum…).

Je pense souvent aux gens que je connais et qui traversent des périodes difficiles, et je me félicite de la chance que j’ai.

Cette nuit, comme la précédente, je n’ai pas beaucoup dormi, les gens du CSAPA ont du mal a comprendre mes rythmes de sommeil, alors qu’il n’y a rien à comprendre, il s’agit simplement d’une petite excentricité. En fait, j’ai pris cette habitude de me coucher tôt et de me réveiller idem quand j’ai arrêté de boire, car je buvais le soir après le boulot, et en me couchant tôt je désamorçais cette période délicate à passer. Ca m’est resté. Et puis, la nuit est mon amie, tout est calme, pas de dérangement ni de tentations, c’est le pied en somme.

C’est encore le matin, une ou deux heures après m’être réveillé, que je me sens le mieux (quand j’ai de la metha, sinon j’ai tout faux).

En fait, je n’ai réalisé qu’il n’y a peu de temps qu’on était en décembre et donc que mon salaire tomberait le 22 ou à peu près. Une semaine avant les autres mois. Je vais pouvoir réaliser quelques projets. Acheter une chèvre pour faire des fromages. Acheter un trampoline pour faire des triples sauts périlleux. Tout ça quoi. Les choses habituelles pour les gens ordinaires.

Je me demande quel goût a le lait des chèvres génétiquement modifiées pour contenir des la toile d’araignée. Est-ce que ça risque de vous boucher le fondement ? Et leur fromage ? C’est une question majeure, et pourtant personne n’en sait rien.

Comme vous le voyez, je m’occupe l’esprit. Très productif…

Ce matin, le rendez vous de mon psy n’est pas venu, du coup on a discuté un moment ensemble. J’aime bien discuter avec lui, on parle de tout et de rien, j’apprécie son sens de l’humour.

En plus, il a des questions pertinentes, ça relance la conversation.

Je n’ai plus internet faute de paiement, j’utilise mon portable pour me connecter. Il faut y aller mollo niveau débit, mais ça le fait. Ca rame un peu etyt ça bugue de temps à autre, mais avec un peu de patience ça fonctionne, et je suis très patient.

J’ai reçu un courrier du service médical de l’administration, il faut que je les rappelle pour fixer une date. Ma présence n’est pas requise (autrement dit, je ne dois pas être présent, point barre) lors de la réunion du comité, et il faut que je voie avec mon assistante sociale pour leur transmettre un dossier médical. J’ai des papiers chez moi, mais c’est en bordel, une mère ne retrouverait pas ses chiots.

Alors qu’au CSAPA ils ont mon dossier avec tout bien classé, il n’y a qu’à photocopier. Je ne retrouve pas l’avant dernier post, je mets donc le plus récent, bien qu’il ne soit pas fini, de plus c’est du premier jet. Bonne lecture !

mardi 13 décembre 2016 à 13h35 par klodd dans blasblaseries | # | 2 commentaires

smiley : regular_smile Lettres et répercussions

 

On est le 12, encore 2 semaines avant le salaire, ça va être chaud bouillant, je vais peut-être perdre quelques kilos, un mal pour un bien. Paco continue à boire par petites quantités et parfois par excès. Il pense faire un séjour à l’institut, à l’hôpital de jour, il connaît il y a fait un stage il y a quelques années. Il préparé sa rechute, en se disant d’abord « tiens, si j’arrêtais l’esperal quelques jours, je pourrais me boire une petite bière... » et puis c’est deux, puis trois, puis on a plus la force de reprendre l’esperal et les automatismes reviennent à toute allure et ça ne fait qu’empirer… Je connais pour l’avoir fait. Je me sens plus fort maintenant que je ne prends plus d’esperal. Je peux être à coté d’un buveur, ça ne me dérange plus. Le seul truc que j’ai du mal à supporter c’est une haleine alcoolisée. Surtout dans les transports en commun, ou l’air ne circule pas. Ca m’écœure vraiment.

Le problème quand on arrête l’esperal, c’est qu’on a un retour de manivelle, l’envie de boire revient en force puisqu’on a plus ce gendarme qui surveille vos arrières. Ca ne dure pas très longtemps, deux ou trois semaines, mais il faut encaisser. En général, au vingtième ou au trentième essai on y arrive. Ceux qui tiennent à y arriver du premier coup peuvent aussi le faire, chacun fait comme il peut. Son médecin lui a prescrit un nouveau médicament, plus puissant que le baclofène paraît-il. Je me méfie de ces réputations miraculeuses de ces nouveaux médicaments. C’est arrivé avec l’esperal, qui devait tout régler, puis de nouveau avec le baclofène, et maintenant ce medoc, toujours le même scénario, cette même croyance dans la pilule miracle.

La metha est vraiment miraculeuse, une heure après l’avoir prise tous les désagréments s’envolent comme s’ils n’avaient jamais existé.

Je n’ai rien pris samedi, 20 mg dimanche, je commence à le sentir, manque d’huile dans les articulations, courbatures, intestins en révolution, et cette sueur malodorante si particulière du manque, je pue alors que je viens de me doucher. C’est peut-être mon odorat qui me joue des tours. Je vais me faire une journée calme, 30 ou 40mg, l’esprit clair et zen, je vais pouvoir faire quelques démarches. Trouver quelques sous. Il me faut de quoi manger jusqu’à la fin du mois, puis je verrais si je peux acheter une TV. Ce n’est pas une priorité.

Mon argent est dépensé avant d’être gagné. Enfin, pas tout à fait, disons pour faire bien que c’est du budget prévisionnel. Ca sonne tout de suite mieux que « j’ai pu d’sous ».

J’essaie de trouver une musique qui convienne à cette heure du petit matin et à mon humeur, mais j’ai du mal. Je me suis entièrement rasé le crane, plus je vieillis plus j’aime avoir les cheveux court. L’andropause je suppose. Bien que ce soit sensuel. C’est surtout que c’est beaucoup plus pratique à laver et plus hygiénique, adios les pellicules. Non pas que j’en ai beaucoup mais bon, je n’ai jamais vu d’homme ayant une calvitie avec des pellicules. Ce serait vraiment moche ceci dit. Si j’avais une calvitie je me raserais entièrement plutôt que faire du cache misère en tirant les cheveux du coté du crane vers le dessus. Ca fait franchement loser. Chacun voit midi à sa porte.

Mon passage au CSAPA est fait, j’ai gobé ma pilule magique qui devrait agir d’ici une heure environ. Ensuite, je me mettrais en position du lotus et je n’aurais plus qu’à atteindre le 7° ciel. Ou un truc du genre. On peut rêver. Ca ne coûte pas cher. C’est dans mes cordes. Rêver, pas atteindre le 7° ciel. Pour ça j’en suis au même point que le reste de la planète. Je rame.

Je viens d’avoir des nouvelles du commissariat de Versailles qui voulait avoir des infos sur Nova. Je ne leur ai pas dit grand-chose, si je devais porter plainte pour tout ce qu’il m’a volé j’y passerais la journée, et ça me retomberait dessus. J’ai été bien trop gentil avec lui, et j’espérais qu’il y avait un espoir de rédemption pour lui. Faux espoir.

En cette époque de soucis, de maladie et de pauvreté (8 millions de français sous le seuil de pauvreté), en dehors de mes galères récurrentes de fric et mes problèmes de traitement je m’estime plutôt chanceux et heureux. N déprime à fond, Paco a ses problèmes de rechute,quand à moi j’ai un toit, de quoi me nourrir ainsi que mes chats, et une stimulation intellectuelle correcte. Les choses s’arrangent, même s’il faut des années pour ça. Il n’y a que pour les finances que les choses empirent. Et ça ne va pas s’arranger pendant les 5 prochaines années.Quand les choses iront mieux, j’essaierais de trouver du boulot, Personne autour de moi n’en trouve, je vais y aller au flan. Qui ne tente rien… Je vais essayer de placer mon expérience d’administrateur réseau, bien que je n’ai pas fait grand-chose dans ce domaine depuis un bout de temps. Je ne suis plus au courant de ce qui se fait maintenant. Webmestre, correspondant info, bloggueur, je peux placer tout ça dans un joli colis bien empaqueté. Mais mon age ne plaide pas en ma faveur. Ni ma période de maladie. Je pourrais commencer comme bénévole, et puis on verra par la suite. Et puis j’ai aussi le livre du siècle à écrire, en toute modestie.

C’est dur en France d’être publié. Quand je vois certains français qui font des best-stellers en reprenant de vieux thèmes de la sf et de la fantasy US des années 70, ça m’écœure, c’est limite plagiat, et il y a eu mieux depuis. Surtout qu’il y a eu de bons écrivains français qui ont galéré pour se faire éditer, a petite échelle. Il y a quelques exceptions, comme Weber, Bordage et quelques autres, pour le reste, les éditeur jettent les bébés avec l’eau du bain. C’est pathétique. Il y a des R.R.Martin en France, il suffirait de les encourager un peu. C’est pour ça que, bien qu’attiré par la SF et la Fantasy, mon roman (qui mijote depuis un moment mais ne tardera pas à prendre forme, je suis plein de bonnes résolutions en tous cas) sera axé sur une histoire plus classique. Je vous en ferais lire ce que je pourrais pour avoir votre avis, qui m’est précieux.

J’ai plusieurs douloureuses qui sont tombées, des sommes à payer de 150 et 720€, ce qui ne m’arrange pas, d’autant que les impôts vont me tomber dessus et que ma situation n’est pas florissante. Mais bon, j’ai la santé et la plupart du temps, je suis heureux d’être en vie. Que demander de plus ?

lundi 12 décembre 2016 à 04h53 par klodd dans blasblaseries | # | 5 commentaires
Précédent : anarchie
 
Hébergé par karmaos.com